Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Expression politique

 

Les vertus de l’engagement

«Qui a dit qu'une vie sans engagement est une vie sans substance ? Un phraseur pompeux quelconque, sûrement... Mais ce gars a quand même touché la vérité du doigt». Je souscris aux mots de l’écrivain américain Douglas Kennedy, car, selon moi, une vie sans engagement serait effectivement très fade. Comme le disait également un autre écrivain, Régis Debray, «se donner à une cause, c'est d'abord se rassasier de ses limites». Et ce, sans mettre aucune hiérarchie dans la nature de l’engagement puisque je veux parler ici de l’acte en lui-même. Car pour moi, s’engager, c’est d’abord pour le bien des autres.

Des articles de ce numéro en montrent plusieurs exemples. Je pense à ces Pennois qui se sont engagés en proposant leur projet dans le cadre du budget participatif. Des projets pour la collectivité. Ce sont aussi ces commerçants qui ont fait le choix de l’engagement en termes de développement durable pour le bien des futures générations. C’est encore le Père Patrice Assalé qui a rejoint récemment la paroisse des Pennes-Mirabeau et qui, lui, a fait le choix de l’engagement spirituel. Et puis, il y a l’engagement associatif que j’ai connu personnellement et que de nombreux Pennois vivent au quotidien. Ainsi, à l’heure actuelle, 25% des Français auraient un engagement associatif, ce qui est positif car entrer dans une association, c'est s'extraire du quotidien, laisser libre cours à sa personnalité, lui permettre de s'exprimer différemment.

Autre type d’engagement : la politique. Il semble en perte de vitesse. Mais, cela marque-t-il pour autant une baisse d’intérêt pour les sujets de société ou une moindre envie de s’impliquer et de mener des projets ? Je ne le pense pas. Cependant, je crois, comme le défendait le journaliste français Louis Pauwels que «l’engagement politique peut être une nécessité mais il n’est jamais une valeur». En effet, ces dernières années, on a vu trop d’hommes et de femmes politiques qui s’engageaient davantage pour eux-mêmes que pour les autres, qui utilisaient leur engagement non pas pour changer les choses mais pour changer leur situation personnelle. Ce n’est pas comme cela que je conçois la chose. S’engager en politique, c’est être uniquement et pleinement au service des autres et non pas de sa carrière.

Pour finir, comme nous sommes en décembre, je terminerai ce dernier éditorial de l’année 2019 en vous souhaitant de passer, en compagnie de tous ceux qui vous entourent et que vous aimez, de très belles fêtes de fin d’année. Profitez de ces moments de partage. Soyez heureux !

Monique Slissa
Maire des Pennes-Mirabeau


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

En respect de l'article 52.1 du code général des collectivités territoriales, le groupe majoritaire ne s'exprimera plus dans cet espace d'expression à compter du 1er septembre 2019.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


LES PENNES BLEU MARINE

Le mois dernier, certains quartiers de notre ville ont été inondés et de nombreux dégâts ont été occasionnés. De terribles orages et des pluies diluviennes se sont abattus sur notre commune. Nous souhaitons remercier les services techniques, la police municipale, les bénévoles de la réserve communale, les sapeurs-pompiers ainsi que tous les agents municipaux qui sont venus en aide aux Pennois sinistrés.

Les élus de notre groupe se sont mobilisés et nous avons été à la rencontre des Pennois inondés. La majorité municipale porte encore une grave responsabilité. Certains de ces élus gèrent notre ville depuis le siècle dernier. C’est-à-dire, qu’ils ont eu le temps d’étudier le terrain, de gérer l’urbanisation et le bétonnage au mieux, afin d’assurer l’écoulement des eaux de pluie.

Il est curieux, si l’on prend la cité haute en Provence, que des dégâts considérables ont impacté nos infrastructures alors que le bassin de rétention des eaux de pluies est presque vide ? Comment se sont déroulées les études ? Pourquoi le bassin est-il vide ? D’autres secteurs ont été touchés comme les Magnanarelles ou le chemin de Réganat où l’on peut s’apercevoir que les ruisseaux et les réseaux d’évacuation des eaux pluviales ne sont pas ou peu entretenus.

Comme à son habitude la majorité municipale n’a rien anticipé. Ses élus devraient être rompus depuis le temps à la gestion d’une ville et à l’anticipation de ces problèmes mais malheureusement à chaque crise majeure on s’aperçoit qu’ils sont dans l’amateurisme le plus total et les Pennois le paient, parfois très cher...

Dans de notre article du mois précédent, nous vous avions parlé de cet animateur qui avait fait la publicité d’un «artiste» qui a sorti un album intitulé DJIHAD. Il s’avère que cet individu est le chef de projet de prévention de la délinquance de la Mairie ! Joyeux Noël et bon bout d’an...

Maximilien Fusone
Tél. : 06 03 45 45 78
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


GROUPE LES RÉPUBLICAINS

Ces dernières semaines, de nombreux proches de conseillers municipaux ont rivalisé d’ingéniosité pour monter de fil en aiguille des conspirations et colporter des ragots malsains sur notre groupe, allant jusqu’à affirmer que la responsabilité des élus d’opposition était engagée dans le fait que plus aucun travaux n’allait être engagé dans les écoles jusqu’au mois de mars. Ces méthodes n’ont que pour effet, de faire peur et distraire des problèmes de fond de notre commune. De notre côté, nous souhaitons continuer à travailler, comme depuis 2014, en nous basant sur des dossiers concrets pour les Pennois, et des faits avérés. Nos villages ont besoin d’un renouveau et ce ne sont pas les débats stériles qui vont apporter des solutions à tous les problèmes les pennois. Il nous parait essentiel de ramener la tranquillité dans les débats d’idées.

Plus particulièrement en cette période de fêtes qui arrive. Traditionnellement, fin décembre est un temps de réconciliation, d’apaisement. Cette période doit permettre de vous ressourcer auprès de vos familles et de vos proches.

Dans notre culture provençale, cela se traduit par des illuminations, des marchés de Noël, des crèches et bien sûr, les traditionnels lotos organisés chaque année par des dizaines de bénévoles Pennois ! Nous sommes très attachés à ces animations festives. Ces évènements sont essentiels pour ramener de l’activité dans nos villages et continuer à favoriser le lien social, indispensable au bien vivre auquel nous aspirons tous. Raisons pour lesquelles nous continuerons à y participer activement durant cette période de fêtes, ou épauler les très nombreux bénévoles investis dans cette féérie. La magie de Noël est plus qu’indispensable dans nos vies devenues peut-être bien trop actives pour beaucoup. A l’an que ven que se siam pas mai que siguem pas mens.

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Elus républicains d’opposition
Tél. : 06 26 16 49 37


GROUPE PENNES-AVENIR

Trop peu de place ici pour la sensibilité de gauche au vu des nombreux problèmes : transports publics, parking relais, zone bleue, logements. La majorité macroniste y répond sans tenir compte des réels besoins des Pennois.

Nous sommes tous concernés par les déplacements : un parking relais sur la 113 toujours vide comme les Zénibus. Les zones bleues avec bornes solaires au village donnant 1h30 de parking gratuit (pour le petit commerce) enlevées à la Gavotte où elles n’ont jamais servi, entourées d’un film noir.

Le Zénibus : les horaires ne correspondent pas aux besoins des quartiers 5h40 matin – 21h le soir. A quand des petites navettes gratuites écologiques qui desservent tous les quartiers ?

Le logement social insuffisant onéreux pour le récent, mal entretenu pour l’ancien. Les locataires du Saint Georges souffrent du froid, pour augmenter la température de 2°, il faut accepter l’augmentation des charges mais les radiateurs de 50 ans auraient besoin d’être changés. La LOGIREM devrait équiper aussi tous les appartements d’un double vitrage.

Dernier point, les locaux disponibles pour organiser une réunion festive ou politique sont insuffisants (alors que nous avions obtenu que les partis politiques puissent se réunir une fois par mois dans une salle à disposition) : après l’incendie de la salle Martinet, la perte du Centre Social, du Chalet Frédéric Mistral devenu un terrain de rodéo-cyclo intérieur et qui a subi des dégâts lors des derniers orages. Seule reste la salle de la Voilerie. Il est vraiment temps que nous ayons tous les mêmes droits d’utilisation. Pour notre part, nous attendons toujours une réponse pour une salle pour organiser une soirée importante pour l’ensemble des valeurs de gauche.

Il est donc vraiment temps que nous Pennois soyons entendu.
Bon bout d’an et a l’an que ven.

Serge BARONI
PCF - Front de Gauche
Tél. : 06 42 90 95 27
Site : www.pcfseptemeslespennescabries.com

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.