Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


 

LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Lors du dernier conseil municipal de novembre, le Rassemblement National a refusé de voter une délibération subventionnant les classes découvertes des Pennes-Mirabeau. Cette subvention qui correspond à une réduction de prix de 35% pour les parents ne paraissait pas susciter la polémique.
En effet, il s’agit d’une action traditionnelle des mairies qui s’engagent auprès des parents, des enseignants et de l’Éducation Nationale à travailler ensemble.
La raison qui a poussé le Rassemblement National à ne pas voter cette subvention est à la fois étonnante et très éclairante sur ce que les représentants de ce parti aux Pennes-Mirabeau souhaitent faire de notre commune. Ils ne l’ont pas votée car le projet ne leur avait pas été encore soumis. Ce qui sous-entend évidemment que si les projets qui sont conçus par les enseignants et l’inspection académique ne leur plaisent pas, ils se donneraient alors le droit de ne pas aider les classes découvertes. En clair, de ne pas aider les enfants à partir.
Pour notre part, nous estimons que nous devons travailler en partenariat avec les écoles et non les censurer.
Alors que veulent-ils vraiment ? Ce qu’ils ont toujours voulu, c'est obliger les gens à penser comme eux. Et dire qu’ils osent parler de démocratie... C’est triste, mais malgré les difficultés qui nous entourent nous, nous voulons porter un message d’espoir.
Aux Pennes-Mirabeau, nous sommes fiers de ce que nous avons fait de notre ville depuis des années. Nous avons traversé des épreuves, mais nous résistons. Pennois, vous avez de la force... et vous nous en donnez !
Nous vous souhaitons une très belle année 2019.


LES PENNES BLEU MARINE

Amiel, le retour.
Voilà des mois qu’il avait disparu. Comme d’autres élus de sa majorité (qui continuent à être rémunérés).
Lors du dernier conseil municipal, il est venu. Ses derniers supporters étaient rassurés, il est vivant. Rassurés, mais pas pour longtemps.
Nous avons dénoncé des tags antisémites sur la commune. Nous avons énuméré des faits. Un animateur mis en avant par la Mairie, a dans une interview fait référence à un groupe antisémite. Puis, avec l’association de Rap financée par la ville, ils ont invité un rappeur qui, dans une de ses chansons fait référence à un terroriste qui a tué des enfants parce que Juifs. Au printemps, nous avions évoqué ces faits. L’adjointe à la jeunesse nous a répondu que dans le Rap, il y a toutes les opinions... Pour information l’antisémitisme est un délit.
Après énumération de tous ces faits, M Amiel est entré dans une colère noire et a menacé de déposer plainte. Non pas contre les auteurs de ces propos, mais contre M. Fusone qui les dénonçait! D’après nos recherches, la dernière fois qu’un parlementaire a menacé un élu qui dénonçait l’antisémitisme de dépôt de plainte c’était sous Vichy!
Puis, dans un discours décousu M. Amiel nous a parlé d’un ex-élu FN exclu pour des propos antisémites. Nous n’avons pas compris. Était-ce un reproche?
Toujours est-il que M. Amiel s’est fait, en partie, offrir un voyage par un pays qui refuse de délivrer des visas aux Juifs parce que Juif. Ce genre détail ne l’a pas dérangé.
Nous avons dénoncé l’arrivée de Roms dans notre ville, qui bénéficient d’HLM au détriment de Pennois. Les LR et M. Amaro ont été les fers de lance de cette venue. Nous aurions préféré qu’ils dépensent autant d’énergie pour des Pennois dans le besoin. Tout aurait pu en rester là, mais c’était sans compter sur M. Amiel qui a pris la défense de son petit protégé et fils spirituel M. Amaro.
Le public et nous-mêmes avons été touchés par cette scène, le dévouement d’un père pour un fils, même spirituel, est toujours émouvant.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


GROUPE Les Républicains

Une nouvelle année, déjà !
Avant toute chose, nous vous souhaitons à toutes et tous une belle et heureuse année 2019 sous le symbole de l’attention à chacun : famille, amis, voisins !
En ce mois de janvier, les soldes vont faire, comme chaque année, leur apparition. De quoi permettre aux commerçants de vider leurs stocks d’hiver, et aux consommateurs de faire (théoriquement) de bonnes affaires.
Une actualité qui nous permet de revenir sur le commerce, et plus précisément, le commerce de proximité. Le dynamisme d’une ville se matérialise entre autres par l’état de santé de son poumon économique. Un poumon plus qu’important pour un village comme le nôtre.
Nos commerçants, au-delà du simple service de qualité apporté à leurs clients, endossent un véritable rôle d’acteur social ! Il est donc primordial de tout faire pour inciter son expansion et de favoriser une union forte.
Malheureusement, encore cette année, notre commune des Pennes-Mirabeau fait partie de celles qui n’auront pas fait profiter nos commerçants de la magie de Noël. Bien au contraire. L’immobilisme que nous dénonçons chaque année a une nouvelle fois été de rigueur. Pourtant, les solutions existent.
Cela fait maintenant six ans que travaillons sur ce formidable projet économique, dynamique, riche, que nous finalisons. Un projet qui permettra à une ville de 22000 habitants, située au cœur d’une métropole géographique, d’y prendre enfin toute sa place. Pour vous, pour nous, Pennois !
Encore une fois, Bonne et Heureuse année à toutes et tous !

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Conseillers Municipaux des Pennes-Mirabeau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Tél. : 0626164937


GROUPE PENNES-AVENIR

C’était inimaginable il y a un mois mais face à la Politique En Marche, la mobilisation citoyenne a permis de conserver quelques acquis sociaux obtenus de haute lutte par la gauche depuis 1936 et renforcés en 1968 par la grève générale (sécurité sociale, augmentation du nombre de congés payés... augmentation des salaires). Mais de nombreux combats restent à mener même dans la commune. Les 27 élus de la majorité municipale font comme les 350 députés d’En Marche. Ils se disent sans couleur, foncent tête baissée en n’écoutant personne.
Nos combats sont multiples : la Gauche a le devoir de les mener,
Défense du service public
La majorité municipale nous annonce la fermeture de la Perception fin décembre. Normal ! aucune protestation.
La poste : 2 bureaux ouverts en quasi-alternance et obligation de faire des trajets inutiles même pour ceux qui ont du mal à se déplacer.
Pluralité de l’expression politique :
En Marche dispose de la presse, télé, radio pour diffuser ses idées. La gauche se voit supprimer ses faibles moyens. La Marseillaise (journal encore au tribunal pour sa survie) voit sa tournée d’été supprimée. La Mairie avec vos impôts devrait acheter outre la Provence, La Marseillaise. L’affichage : les 27 panneaux ont été supprimés un à un. Où pourra s’exprimer la pluralité des opinions ?
Salles municipales :
Nous avions obtenu que tous les partis puissent en bénéficier 1 fois par mois. Difficile dans la pratique avec la démolition de Victor Hugo, la mobilisation du Pavillon des Fleurs pour le 3ème âge, le Centre Social fermé. Pourtant il y aurait des solutions simples : installer des Algecos en attendant, remettre les panneaux permanents, prendre des abonnements à la Provence et à la Marseillaise. Toutes ces mesures ne devraient pas coûter un pognon de dingue pour les gaulois réfractaires.
Nous renouvelons nos vœux à vous tous et toutes pour 2019, des vœux combatifs avec la Gauche.

Serge BARONI - PCF - Front de Gauche
06 42 90 95 27
www.pcfseptemeslespennescabries.com

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.