Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Le numéro du «Pennois» de ce mois est exceptionnel. Il retrace les années de gestion de notre ville par celui qui en est maire depuis 2001, Michel Amiel. En tant que groupe, nous sommes fiers d'avoir participé à la conduite de notre commune. Nous avons pu faire beaucoup de choses malgré un contexte économique difficile, un contexte institutionnel extrêmement changeant et des ressources en baisse tous les ans.
Oui, notre ville a changé mais nous avons essayé de conserver son originalité, celle d'être un rassemblement de plusieurs villages avec leurs identités propres tout en essayant d'apporter une cohérence aux services proposés à la population.
Il est évident que gérer une commune de 20 000 habitants en 2017 n'a rien à voir avec sa gestion au début des années 1980. Les contraintes sont beaucoup plus fortes. Dans ces années-là, l'étalement urbain était la norme. Chacun voulait posséder un pavillon, si possible assez loin des autres. Aujourd'hui, si le rêve est souvent le même, il se heurte au manque de logements généralisé dans notre département. Il se heurte aussi aux coûts induits par l'espacement des habitations (voiries, réseaux d'eau et d'assainissement, etc).
Toute notre tâche est à présent de concilier ces impératifs avec celui de la conservation d'un cadre de vie de qualité. Cela demande une gestion particulièrement rigoureuse et attentive. Loin des attaques infondées de certains groupes politiques qui n'ont que pour seuls objectifs d'essayer d'attiser la haine et la colère, nous avons essayé et nous continuerons à poser sur notre commune un regard positif, optimiste et volontaire. Nous allons continuer à travailler pour vous. Les Pennes-Mirabeau sont notre commune à tous. Nous avons envie qu'elle se développe en toute harmonie.


LES PENNES BLEU MARINE

M. Amiel a donné sa démission en tant que Maire ! Mais il reste conseiller municipal et aura sa permanence de Sénateur dans la Mairie ! En fait, il continuera de la gérer. Pourquoi a-t-il démissionné? La situation devenait intenable pour lui, car depuis 3 ans nous avons mis la lumière sur sa gestion catastrophique. L’insécurité généralisée sur toute la ville jusque dans nos écoles, les hausses d’impôts annuelles sans plus de service. Le financement de l’islam et d’associations pro migrants, le rejet de collégiens Pennois , ses projets farfelus comme faire une halte ferroviaire à côté d’une gare ou sa complicité avec les élus du parti «Les Républicains». Sa stratégie est simple, mettre un Maire «fictif»pour éventuellement revenir en 2020 sans avoir à endosser l’échec !
Un exemple, nous sommes les seuls à vouloir des canadairs à Marignane pour protéger notre ville. En conseil municipal nous avons souligné que M. Amiel n’avait pas réagi lorsqu’en 2013, M. Valls a décidé de nous les enlever. Il nous a expliqué qu’il avait écrit à M. Cazeneuve. Puis il nous a sorti une lettre de juin 2016... Récapitulons, il a écrit 3 ans et demi après et à la mauvaise personne ! Quand on vous dit intenable ! Dans notre précédente tribune nous avions commencé à mettre en lumière la complicité du trio Amiel-Slissa-Amaro. Continuons !
La requalification de la Gavotte aurait pu être un beau projet si les choses avaient été anticipées et réfléchies. Mais c’était sans compter sur notre trio. Avec la destruction du centre Victor Hugo, il a fallu trouver une solution pour le club du 3ème âge. Le Pavillon des fleurs a été choisi et un appel d’offre a été fait dans l’urgence. Seule une entreprise par tranche a eu le temps de répondre (pour l’électricité elles n’étaient que 2) ! Vous paierez le prix fort ! Le club de danse quant à lui a dû carrément quitter de la ville. D’autres associations sont aussi pénalisées. Une en particulier va être en grande difficulté. (Nous préférons ne pas les citer)

Nous restons à votre écoute par courriel :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
ou au 06 03 45 45 78


GROUPE Les Républicains

C’était l’une des promesses de campagne du candidat Macron : la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages. Une bonne nouvelle en façade pour la plupart des français, mais attention, ce ne sera pas sans répercussion puisque cet impôt représente une grande partie du budget de chaque commune.
QUI SERONT CONCERNÉS ?
Entre 2018 et 2020, 80% des ménages bénéficieront de la suppression progressive de la taxe d’habitation. Les personnes célibataires dont le Revenu Fiscal de Référence (RFR) ne dépasse pas 27.000€
Les couples sans enfant dont le RFR ne dépasse pas 43.000€
Les couples avec 1 enfant dont le RFR ne dépasse pas 49.000€
Les couples avec 2 enfants dont le RFR ne dépasse pas 55.000€
Puis, ajoutez 12.000€ par enfant supplémentaire. Oui mais voilà, encore une fois, les français et les Pennois devront subir la démagogie d’un gouvernement qui se retrouve dépassé par une promesse de campagne populiste. S’il est certain que notre pays, dans le top 5 des plus imposés au monde, a grandement besoin d’un bigbang fiscal afin de favoriser le travail et plus l’assistanat, Emmanuel MACRON et son gouvernement n’ont toujours pas annoncé comment cette suppression allait être compensée dans son intégralité. Pourquoi ne pas supprimer l’Aide Médicale d’État (près d’1 milliard d’euros par an) ?
Les communes se retrouveront donc amputées d’une très grande partie de leur budget. En marche vers une augmentation massive d’autres impôts (fonciers, etc.) ? Pire, les communes auront la possibilité d’augmenter encore la taxe d’habitation pour les ménages qui n’en seront pas exonérés. Le Gouvernement a annoncé il y a quelques mois : la privatisation des contrôles autoroutiers (une future machine à cash contre les automobilistes), l’augmentation du Gasoil de 15 centimes/l, etc.

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Conseillers Municipaux des Pennes-Mirabeau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


 GROUPE PENNES-AVENIR

12 septembre : une foule immense arpente la Canebière, manifestation CGT regroupant aussi ceux qui s’opposent aux ordonnances Macron mettant en place la loi Travail : riposte sociale, signal donné au gouvernement face à des mesures touchant vie professionnelle et quotidienne. La fin des contrats aidés plonge les associations dans de graves difficultés, ainsi sur notre commune le Centre Social voit une nouvelle fois son fonctionnement désorganisé : un contrat aidé de 24h pour effectuer le ménage n’a pas été renouvelé. Où trouver 10 000 euros par an pour l’entretien des locaux ? Depuis plus de 60 ans, il offre des activités diverses créant un lien social de l’aide scolaire aux pratiques culturelles, sportives, pour les Pennois de tout âge, de tout milieu.
La baisse des dotations de l’État aux communes peut modifier la qualité du cadre de vie : Que choisiront-elles de financer entre : stade, crèche, piscine, rénovation ou création d’école ? Doit-on augmenter les impôts locaux ? Si le gouvernement a décidé de supprimer progressivement la taxe d’habitation en fonction du revenu fiscal, quelle compensation pour ce manque à gagner ?
Les incendies d’août 2016 ont dégradé l’environnement : des hectares d’arbres brûlés ne protègent plus l’érosion des sols, leur chute peut causer de graves accidents mais le budget est insuffisant. Nous avions en vain, bien avant cette catastrophe, essayé de mobiliser les autorités face au déplacement des Canadairs.
Mr MACRON accueilli aux Pennes avant qu’il ne devienne Président poursuit la casse sociale sans intention de changer son programme. Mr AMIEL a décidé de conserver son mandat de Sénateur. On pourra toujours espérer que loin des tracasseries terre à terre, il participera «à l’élaboration de lois qui lui paraitront justes et efficaces».
Nous restons en place essayant de vous informer des réalités que nous devrons affronter pour un avenir meilleur.

Serge BARONI - PCF - Front de Gauche
06 42 90 95 27

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.