Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Nous sommes très fiers d'annoncer ce mois-ci que nous venons d'obtenir le label ville fleurie qui nous a été décerné par le jury départemental. Au-delà de l'aspect du fleurissement, cette distinction est une reconnaissance du travail effectué par les services techniques de la Ville mais aussi par ses citoyens pour embellir notre cadre de vie. En effet, au-delà du simple aspect du fleurissement, qui, en soit, est déjà une fierté apportant un bien-être visuel important quand l'on traverse quotidiennement notre commune, cette récompense traduit l'engagement des Pennes-Mirabeau au service de son environnement. Aujourd'hui, les critères d'attribution de la la ville fleurie ne se bornent plus qu'aux seuls espaces verts. Ils concernent tous les éléments d'amélioration de la vie quotidienne des habitants d'une ville. Ainsi le fait que 1500 repas soient préparés de façon traditionnelle dans les cantines, que de nombreux spectacles soient proposés dans le cadre culturel, que la commune soit animée par ses associations, qu'il existe quantité d'équipements sportifs gérés par des associations dynamiques, le fait aussi que nous soyons «Ville amie des enfants», que nos infrastructures soient en bon état... Tout a été pris en compte.
C'est donc bien l'ensemble de la Ville, l'ensemble de son cadre qui est récompensé. Nous espérons que cette fleur vous procure à tous la même fierté qu'elle l'est pour notre équipe municipale. C'est un petit moment d'optimisme pour l'avenir qui ne peut nous faire que du bien en ces temps difficiles.


LES PENNES BLEU MARINE

Dans le dernier numéro du magazine municipal, M. Amiel s’est livré à une analyse bien personnelle et déconnectée de la réalité de ce qui se passait à Alep, en Syrie. Aucune indignation de sa part concernant les tirs d’obus en provenance des zones rebelles sur les civils d’Alep Ouest. L’ex Front Al Nostra (branche syrienne d’Al-Quaïda) a pris en otage les civils syriens depuis le début du conflit. Oui, M. Amiel, la guerre n’est jamais belle. Mais que faire face à des rebelles islamistes qui menacent des milliers de vies ? N’oubliez pas que la menace terroriste qui plane au-dessus de notre pays est directement liée avec les événements en Syrie. Vous concluez en écrivant «que le massacre d’Alep ne finisse pas par nous toucher». Depuis 2012, notre pays, M. Amiel, a été touché à de nombreuses reprises par le terrorisme.
Toujours dans le Pennois, M. Amiel à coup de chiffres et statistiques, essaie de nous faire croire que la délinquance recule. Mais il y a une différence entre chiffres de la délinquance en baissent et délinquance qui baisse ! En effet, il y a plusieurs manières de faire baisser les chiffres. Par exemple la police prend des mains courantes au lieu de plaintes ou requalifie les méfaits.
Mais dans tous ces chiffres, il y a aussi celui des effectifs de police qui sont surévalués. En effet dans le dernier tableau des emplois (document administratif sur le nombre d’employés) que la Mairie nous a fourni, 15 jours avant le bouclage du magazine, il y a 13,33% de policiers en moins qu’annoncé dans le Pennois. Ce bidouillage de chiffre n’a qu’un seul but, faire croire que M. Amiel s’attaque à l’insécurité.
Dans la réalité de 2016, lorsque l’on n’a pas été nous-même victime d’un délit, nous avons tous un membre de sa famille ou un voisin qui l’a été.

Nous restons à votre écoute par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ou au 06 03 45 45 78.


 GROUPE Les Républicains

La Poste s’enfonce à coups de réformes.
Cela ne date pas d’hier. Le courrier traditionnel, celui transitant par voie postale, est en perpétuel déclin, les français et la population du monde entier lui préférant le courrier électronique.
En parallèle, le nombre de colis reçus à domicile ou en point relais, suit la même courbe de croissance que les achats effectués sur le net. Autant dire que La Poste pouvait, sur ce marché ou celui des services bancaires, trouver de quoi pallier à la chute du courrier.
Depuis de nombreuses années, les réformes s’enchainent à la Poste afin de trouver un nouveau relais de croissance. Si certaines peuvent être louables pour l’avenir de cette entreprise, comme l’expansion de la Banque Postale, l’apparition de nouveaux servies apportés au quotidien par le facteur ou le développement de bornes automatiques à colis dans les gares et stations-services ouvertes 24/24 et 7/7, certains changements vont à l’encontre des attentes de la clientèle du monde que nous connaissons aujourd’hui.
Comment peut-on, de nos jours, continuer à ouvrir des agences de 9h30 à 17h avec une fermeture entre 12h et 13h30 ?
Pire, La Poste a pris la décision il y a quelques semaines, de revoir les horaires de ses bureaux Pennois : fermeture du bureau du village des Pennes le mercredi après-midi (l'un des créneaux les plus fréquentés) et fermeture du bureau de la Gavotte le lundi toute la journée ! Une décision surprenante, honteuse et incompréhensible.
Sur un marché ou la concurrence explose avec les Relais Colis, Kiala, UPS et autres Mondial Relay, la Poste surprend par son incapacité à se réformer en profondeur. Comment apporter plus de services avec des heures d'accueil dignes d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ? Sans compter qu’une très petite minorité du personnel bloque encore toute évolution de La Poste, totalement réfractaires au changement.
L’avenir de La Poste inquiète... et ce sont les pennois qui en subissent les conséquences, au quotidien !

Geneviève BATTINI et Romain AMARO.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Web : republicains.pennes-mirabeau.com


 GROUPE PENNES-AVENIR

Il y a 50 ans, les Pennes comptait 8500 habitants et 2 bureaux de poste. De nos jours, + de 20000 habitants, Plan de Campagne une ville dans la ville mais toujours 2 bureaux. Avec la privatisation de la Poste, le service public se liquéfie noyé dans la recherche du profit : moins d’agents de plus en plus mobiles, des intérimaires, des automates et des gains pour les actionnaires au détriment des usagers. Aux Pennes, cadeau pour les étrennes : fermeture du bureau du Chef-lieu les mercredis après-midi, de la Gavotte les lundis sauf pour les conseillers financiers : vous avez de l’argent à placer, les portes sont ouvertes ! Le privé c’est la rentabilité. Pour le P.C. et le Front de Gauche, ce doit être l’Humain d’abord. Le Conseil National de la Résistance avait élaboré un principe simple : tous les citoyens, quel que soit le lieu où ils résident, ont accès à tous les services : Sécurité Sociale, Ecole, Santé, Gare, Poste. Pendant longtemps, nous avons eu les P.T.T. On en est à des années lumière par des attaques successives. Quand une politique exigeante, cohérente n’est pas conduite, voilà le résultat. Il est temps de changer cette vision, de replacer l’humain au centre de tous les besoins, de répartir autrement les richesses en renvoyant à leurs affaires ceux qui ne soucient que de leurs dividendes. Ne nous laissons pas voler la Poste.
Autre cas, le maintien des Canadairs à Marignane (Salon, Istres). Vous avez massivement signé la pétition portée aussi par de nombreux commerçants. Dans un courrier, Mr CAZENEUVE a indiqué que le «deal» passé en 2012 sera mis en place, il énumère d’autres localisations possibles : Hyères, Mandelieu, Carcassonne, Bordeaux ? «dans le but d’étendre la protection le long des côtes méditerranéennes». Avec le P.C. et le F.G., nous poursuivrons nos luttes pour préserver les intérêts des Pennois mais elles ne peuvent pas aboutir sans une forte mobilisation.

Serge BARONI
PCF/Front de Gauche

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.