Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


ÉDITO DU MAIRE

Sécurité : poursuivons nos efforts !

Je sais que les questions de sécurité sont prioritaires pour les Pennois. Elles le sont pour moi aussi. Et les statistiques concernant notre commune me rassurent et doivent vous rassurer également : les années passent et la délinquance baisse régulièrement dans notre ville, comme vous pourrez le voir en détail dans le dossier de ce Pennois.

Il n'y a ni miracle, ni hasard dans ces résultats, salués par l'État et les autorités judiciaires. Il s'agit juste du fruit d'une politique continue, volontariste. Toutes nos décisions vont toujours dans le même sens, celui de l'efficacité.

Et pourtant que n'avons-nous pas entendu de la part de certains lors de la mise en place des caméras de vidéoprotection sur notre territoire ? Eh bien aujourd'hui, là aussi, les chiffres montrent qu'elles font leurs preuves et d'ailleurs, dès cette fin d'année, nous allons les développer à proximité des entrées des établissements scolaires.

Que n'avons-nous pas entendu de ces mêmes personnes au sujet de la réorganisation de notre police municipale ? Et que constatons-nous ? Le nombre de patrouilles de jour a augmenté et notre commune compte un effectif de policiers municipaux parmi les plus importants du département, dont je voudrais, ici, saluer l'excellent travail de proximité. Vous le voyez, là encore, rien n'est dû au hasard.

C'est également le cas pour la prévention. Nos actions sont ciblées et efficaces. Je peux vous assurer que nous les poursuivrons et les amplifierons comme nous allons le faire par exemple avec la toute nouvelle CMER (Cellule Municipale d’Échanges sur la Radicalisation) car nous savons que les plus grands drames nationaux peuvent prendre naissance localement, quand des personnes se radicalisent sans qu'on y prête suffisamment attention.

Et puisque je parle de prévention, je finirai par quelques mots sur le sujet qui fait la Une du Pennois, à savoir «Octobre Rose». Cette année, notre ville a établi un partenariat avec l'association «T'hâtez-vous !» qui milite pour la prévention du cancer du sein via différentes actions de sensibilisation qui se dérouleront à partir du 5 octobre aux Pennes-Mirabeau. Allez-y, suivez-les, participez ! Car, comme pour la sécurité, dans le domaine de la santé, il vaudra toujours mieux prévenir que guérir.

Monique Slissa
Maire des Pennes-Mirabeau
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. : 09 69 36 24 12


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Dans un conseil municipal, la majorité et l’opposition ont des rôles différents et complémentaires. La majorité propose et l’opposition critique. C’est le jeu normal de la démocratie.
Le rôle de l’opposition est très important car il permet à la majorité de se remettre en question, nul ne possédant l’entière vérité. Ainsi, une opposition constructive cherchera les failles dans les projets de la majorité pour montrer qu’elle aussi a les compétences pour diriger.
Il y a deux moyens pour l’opposition de critiquer : de bonne foi ou de mauvaise foi. Nous regrettons que trop souvent aux Pennes-Mirabeau la mauvaise foi l’emporte. Il est vrai que le chemin est plus facile et les arguments sans doute plus parlants quand l’on est de mauvaise foi.
Au dernier conseil municipal, une certaine partie de l’opposition a accusé la majorité de faire déraper les dépenses sur le projet de La Gavotte. En 2016, nous les avions estimées autour de 13,5 millions d'euros. Tous ceux qui ont un peu travaillé sur des projets de grande ampleur savent qu’au stade de l’avant projet, l’estimation ne prend pas en compte les deux ans d’études et d’appels d’offre qui vont donner le chiffre réel.
Aujourd’hui, alors que les marchés de travaux ont été attribués, le chiffrage définitif est de 15 millions d’euros. C’est une enveloppe budgétaire importante certes, mais elle est en regard d’un projet essentiel pour notre commune. Il ne s’agit pas d’un dérapage, mais d’un ajustement sur des contraintes qui sont apparues lors des études.
Tout au long d’une opération de ce type, il est possible que nous rencontrions des imprévus. Notre travail sera de les gérer au mieux pour notre commune. L’opposition peut regretter ces aléas mais elle pourrait reconnaître que les grands projets en subissent toujours. Si elle ne le fait pas c’est qu’elle est donc soit de mauvaise foi, soit incompétente. Nous préférons, malgré tout, penser qu'il s'agit de mauvaise foi, option la moins condamnable des deux.


LES PENNES BLEU MARINE

La ville a signé une convention de résidence avec la compagnie la Gastine. Cette joyeuse troupe de troubadours, à peine rentrée d’Algérie, se précipitait au meeting de J.-L. Mélenchon sur le vieux port. Délibération proposée par la majorité municipale, votée par les communistes (normal...) et « Les Républicains »(normal aussi quand on les connaît).
Explosion des coûts pour les travaux de requalification du quartier de la Gavotte (centre Victor Hugo). Le chantier (pour le moment) coûtera 2 746 616€ supplémentaires !
Pour bien comprendre, revenons un peu en arrière. En janvier 2016, un jury a été désigné pour un concours de maîtrise d’œuvre, autrement dit un jury pour choisir qui aura le marché public.
L’ensemble des sensibilités politiques étaient représentées pour désigner qui s’occupera des travaux. Majorité municipale, Communistes, Républicains et Front National.
A la fin du concours il était évident que l’enveloppe budgétaire ne serait jamais tenue. Pas besoin d’être un professionnel du bâtiment ; avec un peu de bon sens, cela paraissait évident.
C’est donc naturellement qu’en septembre 2016 nous nous sommes abstenus. Une partie du projet était séduisante, mais l’explosion certaine de l’enveloppe et d’autres détails faisaient que nous ne pouvions que nous abstenir. Nous avons été les seuls.
Les Républicains, les communistes et la majorité municipale ont voté comme un seul homme, ensemble.
De toute façon pour eux, ce n’est pas grave. Vous êtes là, chers contribuables Pennois pour financer leurs erreurs.
Dans les cantines de nos écoles, si votre enfant à une allergie alimentaire, il devra amener son repas.
Si votre enfant à un interdit alimentaire lié à sa religion, un repas de substitution est prévu.
Lors du vote du règlement intérieur des cantines, nous avons demandé à ce que tous les enfants soient traités sur un pied d’égalité. La majorité municipale a refusé. Nous avons été les seuls à être contre ce règlement intérieur.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


GROUPE Les Républicains

Depuis quelques années, la densification rapide des Pennes-Mirabeau engorge toujours plus nos routes et accès. Résultats d’une volonté d’accroitre la population de plus de 20% d’ici 2030. Une situation qui découle aujourd’hui de la signature en 2016 entre le Préfet des Bouches du Rhône et la municipalité du Contrat de mixité sociale prévoyant 30% de logements sociaux minimum par projet immobilier en cours ou à venir.
Les projets immobiliers se multiplient, mais les accès routiers sont eux restés identiques. Les trottoirs sont peu praticables voire inexistants, rendant très difficiles les déplacements en poussettes et en fauteuils roulants en centre-ville. Les seuls aménagements visibles sont des sens interdits ou des changements de sens de circulation incompréhensibles.
Des solutions, que nous préconisons depuis maintenant une dizaine d’années, sont pourtant envisageables : développer des parking-relais, des trottoirs praticables, des pistes cyclables, des accès autoroutiers plus accessibles. L’investissement municipal consiste à équiper la commune de réseaux adaptés à son développement avant les constructions de logements supplémentaires et non après !
Nous voulons élaborer une véritable prospective associant les habitants en prenant en compte leurs analyses et propositions. La participation citoyenne n’est pas une incantation ou un vain mot : elle implique la ferme volonté d’associer, d’écouter et d’adapter les projets aux attentes des habitants sauf à considérer qu’une équipe municipale à la science infuse.
La méthode n’est bien sûr pas simple, mais elle consiste à travailler ouvertement, et non en catimini, avec la population par des démarches de concertation régulières à moyen et long terme.

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Conseillers Municipaux des Pennes-Mirabeau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Tél. : 0626164937


GROUPE PENNES-AVENIR

Impossible de résumer en quelques lignes l’action du seul élu porteur des valeurs de gauche. Depuis plus de 30 ans la municipalité sur fond de P.S. élargi portait certaines de ces valeurs. Depuis la visite d’Emmanuel MACRON reçu à Tino Rossi, la politique du président monarque est devenue celle de la «majorité municipale». Si dans le groupe certains sont en désaccord nul ne le dit, nul ne bouge, nul ne s’oppose. On voit s’aggraver le virage de l’argent, la fin des services publics : poste fermée 1 jour et demi par semaine, la sécurité sociale fermée, la perception fermée en décembre, les mairies ne font plus les cartes grises : il faut les payer chez «Feu Vert» ou en station service, le Centre Social fermé (où vont se rendre les plus démunis pour trouver des aides et des activités accessibles)
Se loger dans le parc social est quasi-impossible, difficile d’obtenir un logement avec un loyer modéré, ceux qui se construisent (pour atteindre le quota fixé par la loi) restent inaccessibles aux faibles revenus, des femmes seules avec enfants scolarisés aux Pennes sont à la rue.
Au Conseil Municipal l’opposition est faible : des ex-P.S. ralliés ; des Républicains à l’instar de 1er Ministre peu enclins aux mesures sociales ; des élus Bleu Marine qui s’abstiennent sur tout même sur les lampadaires, les avez-vous élus pour cela !
La majorité municipale a supprimé la tournée d’été de la Marseillaise, journal qui soutient toutes les luttes sociales (les Coca Cola sur notre commune), journal «trop politisé» à Gauche mais la tournée a été acceptée à Marignane, à Berre...
Au PCF –Front de Gauche on essaie de ne pas perdre les repères d’espoir que nombre de Pennois portent en eux, on essaie de porter les valeurs de la vraie gauche. Arrêtons de privilégier fa finance faisons de l’humain notre priorité.

Serge BARONI - PCF - Front de Gauche
06 42 90 95 27
www.pcfseptemeslespennescabries.com

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.