Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


ÉDITO DU MAIRE

Sécurité routière : une priorité de tous les instants

Depuis des années, nous avons toujours pris le temps de la réflexion dans les nombreux projets que nous avons lancés et réalisés pour notre ville. Nous avons toujours pensé que, dans ce domaine, la patience était une vertu. Et je remercie les Pennois de la leur car, ces derniers temps, nous l’avons mise à rude épreuve… mais à chaque fois pour la bonne cause : l’amélioration de leur cadre de vie.

Le thème qui fait la Une de ce Pennois en est un symbole. Immédiatement après l’incendie de 2016, nous avons en effet pris le temps de la réflexion plutôt que de nous précipiter dans des actions de plantations irraisonnées et irraisonnables. Et nous avons bien fait. La régénération naturelle fait son chemin, jour après jour, et les plantations d’arbres qui vont être effectuées en fin de mois, notamment par les écoliers pennois ont, à présent, tout leur intérêt. En outre, elles marqueront, de façon très symbolique, le début du projet global de réhabilitation du parc Mellan qui, au bout du compte et de votre attente, vous satisfera. J’en suis certaine.

Votre patience, nous la sollicitons également à l'occasion des travaux qui se déroulent dans différents quartiers de la commune. J’en suis consciente mais je l’assume, car je sais que tous ces chantiers ont un seul et même objectif : rendre votre vie encore plus agréable dans notre ville.

À La Voilerie, pendant les travaux, j’ai bien entendu ceux et celles qui se plaignaient, mais quand je vois désormais le sourire des riverains, je me dis que la persévérance est toujours récompensée. Aux Cadeneaux, j’ai également vu et entendu les plaintes des Pennoises et Pennois quand le chantier de réhabilitation de ce quartier a été entrepris, mais aujourd’hui tout le monde est d’accord pour dire que le résultat est à la hauteur de l’attente : création de 70 places de parking tracées, de trottoirs aux normes, éclairage rénové... Même chose pour la place Félix Aureille où à la fin des travaux, le bénéfice sera évident avec un espace plus esthétique et sécurisé… et même plus d’arbres qu’auparavant. Je pourrais aussi parler du parking de La Gavotte où bientôt vous pourrez bénéficier de 140 places dans un espace complètement rénové et sécurisé, avec notamment un meilleur emplacement pour le Monument à la mémoire des déportés.

La liste de tous ces projets, pensés et faits pour vous, est longue. Je finirai par un dernier exemple, celui de La Gavotte. Lui aussi va demander de la patience, mais à son terme, les Pennois de tous les âges seront gagnants. Ils profiteront de formidables équipements : un pôle petite enfance, un groupe scolaire, un foyer seniors et une bibliothèque multi-activités avec salle de spectacle ! Le poète Clément Marot avait raison : «Tout vient à point à qui sait attendre».

Monique Slissa
Maire des Pennes-Mirabeau
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. : 09 69 36 24 12


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Lors du Conseil Municipal du mois dernier, Les Républicains, dans le but de se différencier du Front National et de Monsieur Fusone avec qui Monsieur Amaro est en concurrence effrénée pour le poste de maire, ont voté contre la location d'un bâtiment appartenant à la municipalité à destination des anciens locataires de la médiathèque Albert Camus du village des Pennes.

Comme vous le savez, un incendie accidentel a détruit une grande partie de ces locaux. L'activité à la fois associative et commerciale qui se trouvait à l'intérieur était appréciée des Pennois, surtout des plus jeunes. Elle a été lancée par des jeunes Pennois avec une idée particulièrement innovante. Il y avait donc urgence à la sauver et la municipalité essaie de le faire.

Au lieu de cela, pour des raisons bassement politiciennes voire personnelles, Monsieur Amaro a essayé de retarder par tous les moyens cette location, sachant parfaitement qu'elle condamnait Galaxy Geek puisque c'est de cela dont il s'agit. C'est une manœuvre qui en dit long sur sa capacité à faire passer ses intérêts politiques avant l'intérêt des Pennois.

Ce qui ennuie l'opposition municipale actuellement, c'est qu'effectivement, nous avançons. Pas de hausse de taxe d'habitation cette année comme l'année précédente, pas de hausse de tarification des projets qui voient le jour. Nos opposants en sont réduits à hurler à chaque petit problème de gestion d'une Ville comme s'il s'agissait du scandale de la décennie. Il n y a pas de scandale, pas de trouble, pas de difficultés majeures aux Pennes-Mirabeau et c'est cela qui, au fond, les met en colère !


LES PENNES BLEU MARINE

L’insécurité gagne du terrain. Il ne se passe désormais plus un jour sans que des voitures ne soient vandalisées, volées ou désossés. Plus aucun quartier n’est épargné. Au vieux village, la majorité municipale avait promis des caméras et plus de lumière au moulin. Promesses faites aux habitants, mais rien dans les actes. La seule chose entreprise par la majorité a été l’augmentation des prix de stationnement en haut du village ! Nous avons besoin de plus de caméras, de plus de policiers et des patrouilles de nuit. En effet, la majorité de gauche les a supprimés, livrant ainsi la nuit notre ville aux malfrats !

Les enfants habitants Versailles pour aller en cours doivent prendre leur bus au square Charles de Gaulle. Ils n’ont pas d’autre choix que de traverser à leurs risques et périls le rond-point dit de Coca-Cola au milieu des voitures. La majorité municipale s’en fiche littéralement. Nous avons entrepris des démarches pour sécuriser le rond-point. En attendant que nos démarches aboutissent nous avons demandé à Mme le Maire de mettre à disposition le matin et le soir sa voiture avec chauffeur pour emmener les enfants en sécurité prendre leur bus. Petit trajet d’une minute à peine. Elle a refusé.

Concernant le marché de Noël, nous avons demandé à la majorité comment pouvaient postuler les artisans pour y participer. Il nous a été répondu qu’ils devaient attendre une RUMEUR qui se propagerait sur la ville ! UNE RUMEUR, voilà le genre de réponse qui nous est faite !

La majorité et Les Républicains ont tout mis en œuvre pour fermer la maison pour tous. Désormais des associations se retrouvent sans local. A l’heure où nous écrivons ces lignes, aucune solution n’a été trouvée alors qu’en conseil Mme le Maire nous a dit qu’elle cherchait une solution. Nous avions proposé de faire une maison des associations avec le CCAS au centre M Cerdan. Bien qu’il y avait de gros travaux, l’économie de 40000€ de loyer/an du CCAS assurait un projet à long terme économique pour la commune !

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


GROUPE Les Républicains

Que se passe-t-il dans la gestion de notre commune ? Entre des travaux lancés à la hâte, des priorités budgétaires incompréhensibles et des dépenses incontrôlées, le retard accumulé ces dernières décennies et le manque de vision pour notre commune des Pennes-Mirabeau se font considérablement ressentir.

Comme évoqué lors des conseils municipaux dont les vidéos sont intégralement disponibles sur internet (nous restons à votre disposition par mail pour vous les transmettre), la municipalité a engagé plus de 10.000€ dans un projet douteux bénéficiant à un ancien élu ; finalement abandonné. Ce sont près de 100.000€ qui ont été votés en septembre, pour installer des toilettes publiques, alors même que les 5 sanitaires déjà existants sont inutilisables car non entretenus. Un manque d’entretien que subit aussi l’Hôtel de Ville, engendrant un délabrement rapide et inquiétant du bâtiment, inauguré il y a six ans seulement !

Et la liste est longue : centre social (délabré), ancienne médiathèque (partie en fumée), locaux associatifs et sportifs laissés à l’abandon (inondations, électricité défaillante, etc.), alors que les budgets existent avec près de 40 millions d’euros annuels.

Avec les prochaines échéances municipales, le rythme effréné s’accélère. L’aménagement du parking de la Gavotte lancé à la hâte, alors que les risques liés à la zone inondable n’ont pas été traités, est l’exemple le plus récent. En atteste l’état du secteur lors de l’orage du 7 octobre dernier. Des décisions prises sans réflexion, sans vision, sans ligne directrice, alors que la municipalité explique ces dernières années aux associations, services, groupes scolaires et autres structures, que les finances sont à sec.

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Conseillers Municipaux des Pennes-Mirabeau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Tél. : 0626164937


GROUPE PENNES-AVENIR

Notre commune, comme toutes celles de France, doit accepter les changements pris au niveau national sans véritable information ou consultation : des services publics qui progressivement disparaissent, une centralisation qui se renforce aux dépens du local.

Ainsi la «péripétie» : les compteurs LINKY sont imposés à tous. Une histoire communale : il a fallu 2 ans pour que la municipalité découvre qu’il y avait un refus massif à être contraint d’accepter ces compteurs nocifs. En 2016, nous avions réclamé une délibération à ce sujet comme les habitants le demandaient déjà... les élus de la majorité renvoyaient cette proposition d’un revers de main (comme ils l’avaient déjà fait pour le déplacement des canadairs). Le 25 septembre, le collectif ANTILINKY 13 a pu exposer les raisons multiples qui provoquent le refus de la population. Ils ne sont pas les seuls 8 états européens ne les installeront pas (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Et rien ne peut nous y obliger.

Dans une salle archicomble, le silence voire l’absence des élus est stupéfiante. Seul mon groupe a encouragé tous les opposants aux compteurs à suivre les consignes de ce collectif : envoi d’une lettre à ENEDIS et copie à la Mairie (1). C’est nécessaire car ENEDIS bafoue toutes les règles et installe les compteurs parfois avec violence. A l’issue de cette réunion où les présents étaient déterminés à tout faire pour refuser, on a appris qu’un arrêté serait signé par Mme le Maire. A l’heure où ces lignes sont écrites, nous n’en avons pas connaissance. Au moment où la centralisation se renforce et où certains maires (pour des sujets certes plus graves) n’ont d’autres moyens que de présenter leur démission pour se faire entendre par le gouvernement, ici aux Pennes, nous espérons que la volonté de chacun soit prise en compte.

(1) Courrier à ENEDIS : 34, place des Corolles 92400 COURBEVOIE + 1 double à Mme le Maire de Pennes Mirabeau (lettre type sur notre site internet).

Serge BARONI - PCF - Front de Gauche
06 42 90 95 27
www.pcfseptemeslespennescabries.com

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.