Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

La chronique provençale

Illustration

Caramentran
Febrié es lou mes di carnava que s’acabon lou dimècre di Cèndre emé la mort dóu Caramentran (que vòu dire Carèmo entrant). Aquéu Caramentran es la persounificacioun de Carnava que fau tua pèr marca la fin di fèsto e tambèn la fin de l’ivèr. Caramentran es un pantin que douno d’èr à-n-un ome un pau escagassa pèr agué trop fa la fèsto e trop begu. Es tirassa sus d’uno carriolo e lou mounde que lou seguis es masca : dins la tradicioun, lis ome èron deguisa en femo en dòu que plouravon Caramentran, d’ùni en curat, d’autre en avoucat. Pièi, fau mena Caramentran davans un tribunau mounte lou paure es coundana à mort. E pèr acaba, Caramentran es jita à l’aigo dins la mar o la ribiero, o encaro brula sus la plaço publico. En Prouvènço, i’avié de cansoun que parlavon d’acò coume “adiéu paure Carnava” e l’espressioun « sèmblo un caramentran » se dis d’uno persouno vestido d’un biais croutesc.


Traduction :

Caramentran
Février est le mois des carnavals qui s’achèvent le mercredi des Cendres avec la mort du Caramentran (qui veut dire Carême entrant). Caramentran est la personnification de Carnaval qu’il faut tuer pour marquer la fin des fêtes et aussi la fin de l’hiver. Caramentran est un pantin qui ressemble à un homme un peu amoché pour avoir trop fait la fête et trop bu. Il est traîné dans une carriole et les gens qui le suivent sont déguisés : dans la tradition, les hommes étaient déguisés en femmes en deuil qui pleuraient Caramentran, certains en curés, d’autres en avocats. Puis, il faut amener Caramentran devant un tribunal où le pauvre est condamné à mort. Et pour finir, Caramentran est jeté à l’eau dans la mer ou la rivière, ou encore brulé en place publique. En Provence, il y avait des chansons qui parlaient de cela comme « Adieu pauvre Carnaval » et l’expression « il ressemble à un caramentran » se dit d’une personne vêtue de manière grotesque.


Chronique de janvier :

Despuei quàuqueis annado, la meteò nous parlo dei "saints de glace" mai fau dire que pèr lei Prouvençau dóu terradou de Marsiho aquélei sant soun d'estrangié dóu defouero e un peisan dei Peno, dóu Rove vo d'Aubagno a jamai agu pòu de lei vèire arriba, subre-tout que Mamert, Pancraço e Servais arribon au mes de mai mounte fèn ce que nous plais.
Sèmblo tambèn que soun pas counoueissu dins lou rèsto de la Prouvènço. Lei diciounàri prouvençau (Pellas, Achard, Avril, Garcin, Honnorat e Mistral) n'en parlon jamai e de vouié lei faire prouvençau serié parié que de dire que lei Marsihés manjon la "choucroute" au cabanoun e van dina en fin de journado. Eiçò marco bèn que perdèn, pichoun à pichoun, nouestro identita prouvençalo pèr uno identita pariero pèr tóutei mai estrangiero à nouestro regien.
Alor, óublidas Mamert e sei coulègo e prenès un prouvèrbi nouestre que pèr lei gros fre nous dis:"Sant Clar d'Alau, Sant Antòni de Cujo, Sant Vincèns de Rocovairo e Sant-Blai de Ceirèsto soun quatre fouàrtei tèsto.


Traduction :

Depuis quelques années, la météo nous parle des «saints de glace» mais il faut dire que pour les Provençaux du terroir de Marseille, ces saints sont des étrangers et un paysan des Pennes, du Rove ou d’Aubagne n’a jamais eu peur de les voir arriver, surtout que Mamert, Pancrace et Servais arrivent au mois de mai où l’on fait ce qui nous plait.
Il semble également qu’ils ne soient pas connus dans le reste de la Provence. Les dictionnaires provençaux (Pellas, Achard, Avril, Garcin, Honnorat et Mistral) n’en parlent jamais et vouloir les faire provençaux serait comme dire que les Marseillais mangent la choucroute au cabanon et qu’ils vont dîner en fin de journée. Cela démontre bien que nous perdons, petit à petit, notre identité provençale pour une identité commune à tous mais étrangère à nos régions.
Alors, oubliez Mamert et ses collègues et prenez un proverbe bien à nous qui pour les gros froids nous dit : « Saint Clair d’allauch, Saint Antoine de Cuges, Saint Vincent de Roquevaire et Saint Blaise de Céreste sont quatre fortes têtes ».

 


Chronique mensuelle

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.