Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

La chronique provençale

Illustration

 

Leis enciànei mesuro de Prouvènço
Coumo tóutei lei regien, la Prouvènço avié, avans lou sistèmo metri (1795), sei pròprei mesuro. Anan lei vèire, subretout aquélei de Marsiho, que, mume dins un pichoun peïs, rèn èro unifica.

  • Pèr lei distànci, avian la "lègo" que fasié un pau mens de 6km alor qu'en Franço valié peraqui 4km.
  • Pèr lei liquide, avian,  pèr lou vin, lou" pouet" (1,073l) e lou" barrau" d'aperaqui 50l, e pèr l'òli," l'escandau" que fasié un quart de la" miheirolo" (66l).
  • Pèr lou gran, si servien de" l'apanau" de 20l.
  • Pèr pesa, avian la" liéuro" de 388,5g à Marsiho e lou "quintau" que fasié 100 liéuro.
  • Pèr lei longour, avian la "cano" (d'aqui lou verbe "caneja") de 8 pan (2m) e pèr lei terro " l'eiminado" de 200 cano carrado.
  • Lei pescadou e lei mèstre d'aisso avien lou "pan" (25,158cm à Marsiho), la "goue" de 3 pan e la "brasso" de 7 pan.

Tóut'aquélei  mesuro  an mes de tèms pèr disparèisse e vuei, la souleto que nous rèsto, arredounido à 25cm, es lou "pan" que sèrve toujour pèr mesura lei batèu tradiciounau coumo la barqueto marsiheso.

La tiero d’aquélei mesuro es, bèn segur, pas coumplèto, auren bessai, un autre còup, l’óucasioun de l’acaba.

Traduction :

Les anciennes mesures de Provence
Comme toutes les régions, la Provence avait, avant le système métrique (1795), ses propres mesures. Nous allons les voir, surtout celles de Marseille, car, même dans un petit pays, rien n’était unifié.

  • Pour les distances, nous avions la «lègo» (lieue) qui faisait un peu moins de
    6km alors qu’en France elle valait à peu près 4km.
  • Pour les liquides, nous avions, pour le vin, le «pouet» (1,073l) et le «barrau» d’à peu près 50l, et pour l’huile, l’ «escandau» qui faisait un quart de la «miheirolo» (millerole) (66l).
  • Pour le grain, ils se servaient de l’ «apanau» de 20l.
  • Pour peser, nous avions la «liéuro» (livre) de 388,5g à Marseille et le «quintau» (quintal) qui faisait 100 livres.
  • Pour les longueurs, nous avions la «cano» (canne) (d’où le verbe «caneja» (mesurer) de 8 pans (2m) et pour les terres l’ «eiminado» (éminée) de 200 cannes carrées.
  • Les pêcheurs et les maîtres charpentiers de marine avaient le pan (25,158cm à Marseille), la «goue» de 3 pans et la «brasso» de 7 pans.

Toutes ces mesures ont mis du temps pour disparaître et aujourd’hui, la seule qui nous reste, arrondie à 25cm, est le «pan» qui sert toujours pour mesurer les bateaux traditionnels comme la barquette marseillaise.

La liste de ces mesures n’est, bien sûr, pas complète, nous aurons peut-être, une autre fois, l’occasion de la terminer.


Chronique de novembre :

Tout dóu long de l’estiéu, e à l’óucasioun dóu festenau d’Avignoun, mis auriho an vounvouna en ausissènt encaro e encaro un barbarisme qu’emplegon aquésti gènt que pènson parla un francés de la bono : "en Avignon" ! Es verai ! Li Prouvençau, pèr evita lou hiàtus, apoundon un "n" intre li dous "a" e dison "a-n-Avignoun". Mai pas "en Avignoun" vo "dins Avignoun" ! Aquelo espressioun es un auvàri de la pressioun coulounialisto dóu poudé centralisaire. Sis esbierro nous auran enca mau ausi ! Li Grè dóu tèms passa lou disien : "Un barbarisme es uno estroupiaduro de la lengo, uno deco facho pèr li "Barbare". Aquéli soun pas civilisa coume nautre, an pas la culturo dóu païs e de la lengo nostre." E Diéu saup que li Francés de Paris coumprenon pas grand causo à nous-autre e à noste biais de parla !

Bernat Granier

 

Traduction :

Durant tout l’été, et à l’occasion du festival d’Avignon, les oreilles m’ont sifflé en entendant encore et encore un barbarisme qu’emploient ces gens qui pensent parler un français châtié : "en Avignon" ! C’est vrai ! Les Provençaux, pour éviter le hiatus, ajoutent un "n" entre les deux "a" et disent "à-n-Avignoun". Mais pas "en Avignon" ni "dans Avignon" ! Cette expression est un des dommages de la pression colonialiste du pouvoir centralisateur. Ses sbires nous auront encore mal compris ! Les Grecs anciens le disaient : "Un barbarisme est une corruption de la langue, une faute commise par les "Barbares". Ceux-là n’ont pas notre civilisation, ne connaissent pas la culture de notre pays ni de notre langue." Et on sait combien les Français de Paris ne comprennent pas grand-chose de nous ni de notre façon de parler !

Bernard Granier


Chronique mensuelle

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.