Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

La chronique provençale

Illustration

 

«Pôvres zoizeaux» !

De tout tèms, lei cassaire prouvençau soun esta de gros manjaire d'aucèu. Quouro arribo lou passàgi, au mes d'óutobre, si fa vo si fasié un mourtalàgi de chi, de quinsoun, d'aloueto e d'àutrei pichoun piés, sènso parla dei merle e dei tourdre.
Pèr Marsiho e soun terradou, touto aquelo churmo d'aucèu arribo dóu miejour  franc dei favard que vènon de levant e lei cassaire e casseirot que leis espèron fan peta touto la matinado e lei couelo soun de segur samenado de kilo de ploumb. En mai de leis espera au passàgi, lei cassaire n'en tuen de mouloun au posto e leis quàuquei bracounié que rèston aganton rigau,cuou-rousset e autre emé lei fèrri e leis aludo.

Malurousamen o urousamen, dins lou mounde de vuei cafi d'oustau e de Prouvençau de Tanto Pigno, aquelo casso e l'art de viéure que va ensèn fan sei darrié badau e bèn lèu veiren plus vira l'aste sus lei lesco de pan dóu tèms que  s'alestisse uno boueno salado de rampóuchou. «O tempora, o mores»
Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :

«Pôvres zoiseaux» !

De tous temps, les chasseurs provençaux ont été de gros mangeurs d’oiseaux. Lorsqu'arrive le passage, au mois d’octobre, on fait ou on faisait une hécatombe de bruants, de pinsons, d’alouettes et autres «petites poitrines», sans parler des merles et des grives.
Pour Marseille et son terroir, toute cette multitude d’oiseaux arrive du sud excepté les pigeons ramiers qui viennent de l’est et les chasseurs et chasseurs du dimanche qui les attendent font «péter» toute la matinée et les collines sont bien sûr parsemées de kilos de plombs. En plus de les attendre au passage, les chasseurs en tuent énormément au poste et les quelques braconniers qui restent attrapent des rouge-gorge, des rouge-queue et autres avec les pièges et les aludes.

Malheureusement ou heureusement, dans le monde d’aujourd’hui envahi : de constructions et de «nouveaux» provençaux, cette chasse et l’art de vivre qui va avec vivent leurs derniers instants et bientôt nous ne verrons plus tourner la broche sur les tranches de pain pendant que se prépare une bonne salade de raiponce. «O tempora, o mores»…

Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)


Chronique de mai :

Maurise Ripert : lou pouèto espenen (1920-2001)

Aquest an, la fèsto prouvençalo (o fèsto di meissoun) ourganisado pèr l’assouciacioun dóu Patrimòni, se debanara lou 2 de jun e me siéu leissa dire que lis escrivan e pouèto prouvençau (que mancon pas !) ié sarien mes à l’ounour. Tout acò me meno à vous parla de noste pouèto espenen : Maurise Ripert.
Aquel espenen d’adóucioun neissiguè à Sant-Roumié en 1920 e fuguè long-tèms direitour de l’escolo di garçoun de La Gavoto. Mai subretout, èro afouga de lengo prouvençalo, ço que ié faguè davera li joio* d’un mouloun de councours de literaturo e de pouesìo. En fin dis annado setanto, es éu que foundè l’Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo que perseguis vuei encaro, moudestamen, soun obro de mantenènço de la lengo prouvençalo.
Ai agu la chanço que Mèste Ripert guidèsse mi proumié pas dins li dificulta dóu prouvençau     alor me deviéu de ié rèndre óumage dins aquéli quàuqui ligno.
Ami, óublidés pas Maurise Ripert , agués pas pòu de legi pèr lou proumié cop o de relegi si pouèmo, si souveni, si crounico de la vido-vidanto, tout ço que nous a leissa aquel ome de letro, que siegue en francés o en prouvençau e que poudès trouba dins li biblioutèco espenenco.
*remporter le premier prix

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Bibliougrafìo :
Pouesìo :
- L’amandier fleuri (1983)
- De sounge , d’oumbro e de trelus (1985)
- Dins un mesclun inaben (1987)
- Le voilier chimérique (1999)
Proso :
- Conte e raconte d’aièr e d’aro (1988)
- Ansin va la vido (1993)
Pouesìo e proso :
- Mi vendèmi (1992)
- Quouro se tiro lou ridèu (1996)


Traduction :

Maurice Ripert : le poète pennois (1920-2001)

Cette année, la fête provençale (ou fête des moissons) organisée par l’association du Patrimoine, se tiendra le 2 juin et je me suis laissé dire que les écrivains et poètes provençaux (qui ne manquent pas !) y seraient mis à l’honneur. Tout cela m’amène à vous parler de notre poète pennois : Maurice Ripert.
Ce pennois d’adoption était né à Saint-Rémy de Provence en 1920 et fut longtemps directeur de l’école de garçons de La Gavotte. Mais surtout, il était passionné de langue provençale, ce qui en fit le lauréat d’une multitude de concours de littérature et de poésie. A la fin des années soixante-dix, c’est lui qui fonda l’École Pennoise de Langue Provençale qui poursuit aujourd’hui encore, modestement, son œuvre de maintenance de la langue provençale.
J’ai eu la chance que Monsieur Ripert guide mes premiers pas dans les difficultés du provençal alors je me devais de lui rendre hommage dans ces quelques lignes.
Amis, n’oubliez pas Maurice Ripert, n’ayez pas peur de lire pour la première fois ou de relire ses poèmes, ses souvenirs, ses chroniques de la vie courante, tout ce que nous a laissé cet homme de lettres, que ce soit en français ou en provençal et que vous pouvez trouver dans les bibliothèques pennoises.

Bibliographie :
Poésie :
- L’amandier fleuri (1983)
- Songes, ombres et lumières (1985)
- Dans un mélange inépuisable (1987)
- Le voilier chimérique (1999)
Prose :
- Contes et récits d’hier et d’aujourd’hui (1988)
- Ainsi va la vie (1993)
Poésie et prose :
- Mes vendanges (1992)
- Lorsque se tire le rideau (1996)


Chronique mensuelle

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.