Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

La chronique provençale

Illustration

 

Vous avez dit "Limaces" ?

Lei gènt que soun pas d'eici soun toujour estouna quouro li dien que manjan de limaço. Es que sabon pas, pecaire, qu'en Prouvènço, la limaço carrejo soun oustau sus leis esquino coumo tóutei lei caragòu de la boueno. Es pèr acò qu'anan vèire la tiero dei caragòu de l'endré e la maniero de lei manja.
Pèr coumença "lou caragòu", aquéu es lou plus gros que poudèn trouva, sèmblo un pichoun "bourgogne" e si manjo dins l'aiòli. Après avèn la "limaço" plus pichouno e griso que va si manja à la suçarello vo en sauço e sian bèn d'acord qu'aquelo bèsti a un cruvèu. Avèn  puei lei "limaçoun" que rabaian sus lei fenou e que fèn à l'aigo-sau pèr l'aperitiéu; dins un tèms, si vendien pèr carriero au crid de "à l'aigo-sau lei limaçoun, n'en-r-a de gros e de pichoun".
Pèr lei marrit, bouon ni à rousti ni à bouï, avèn lei gros "terrassan" au cruvèu tout blanc, lei "merdassié",  un pau blu e plat e puei lei pichouei limaçoun blanc bouon pèr lei canard e pèr la pesco. Oubliden pas lei tout pichinet que sèmblon de biéu e que lei nistoun n'en fan de coulié vo de siblet e óubliden pas tambèn la limaço sènso cruvèu que si tirasso sus vouéstrei salado.
Rapelan pèr acaba lou prouvèrbi dei vièi que manjavon pas lei caragòu au mes d'avoust que "Au mes d'avoust, soun vermenous".

Bernard REMUZAT – Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo

 

Traduction :
Vous avez dit "Limaces ?"

Les gens qui ne sont pas d’ici sont toujours étonnés quand on leur dit qu’on mange des limaces. C’est parce qu’ils ne savent pas, les pauvres, qu’en Provence, la limace transporte sa maison sur son dos comme tous les escargots qui se respectent. C’est pour cela que nous allons voir la liste des escargots du coin et la manière de les manger.
Pour commencer, le «caragòu » est le plus gros que l’on puisse trouver, il ressemble à un petit Bourgogne et se mange dans l’aïoli. Après, nous avons la «limace» plus petite et grise qui va se manger à la « suçarelle » ou en sauce et nous sommes bien d’accord que cet animal a une coquille. Nous avons ensuite les limaçons qui se ramassent sur les fenouils et que l’on fait à «l’aïgue saou» (eau et sel ; court bouillon) pour l’apéritif ; autrefois, ils se vendaient dans les rues au cri de «à l’aïgue saou les limaçons, il y en a des gros et des petits».
Pour les mauvais, bon ni à rôtir ni à bouillir, nous avons les gros «terrassan» à la coquille toute blanche, les «merdassiers», un peu bleus et plats et puis les petits limaçons blancs bons pour les canards et pour la pêche. N’oublions pas les tout-petits qui ressemblent à des escargots de mer et dont les enfants font des colliers ou des sifflets et n’oublions pas non plus la limace sans coquille qui se traîne sur vos salades.
Nous rappelons pour terminer le proverbe des anciens qui ne mangeaient pas les escargots au mois d’août car «Au mois d’août, ils sont véreux».


Chronique de septembre :

Rescaufamen climati vo couiounado

Escrive aquelo crounico dóu tèms qu’uno calourasso qu’es pas de dire toco tout lou miejour de la Franço. Li termoumètre mounton fin-qu’à de trento-sèt e meme mai de quaranto segound lis endré. Lou Trump pòu dire tant que vòu que lou rescaufamen climati eisisto pas, fau recounèisse que noste bèu soulèu prouvençau es plus lou meme que dins lou tèms. I’a de statistico de 1861 que parlon d’un massimon de vint-e-vue degrat pèr li mes de jun, juliet e avoust dins nosto regioun, e uno autro sourço en 1911 fai mencioun d’uno caniculo pèr que li temperaduro ajougnèron li vint-e-vue ! Avès pas remarca qu’aro, se pòu aganta un cop de soulèu au bout de quàuqui minuto au cagnard ? Ai bèn crento que la coucho d’ouzono siegue traucado pèr de bon e qu’à forço de se garça de tout, l’Ome finigue pèr courre tout dre à la finicioun de sa raço. Sus aquéli bòni paraulo, bono rintrado en tóuti !

 

Traduction :
Réchauffement climatique ou idioties

J’écris cette chronique pendant qu’une grosse chaleur touche tout le sud de la France. Les thermomètres montent jusqu’à des 37 et même 40 selon les endroits. Le Trump peut dire tant qu’il veut que le réchauffement climatique n’existe pas, il faut reconnaître que notre beau soleil provençal n’est plus le même qu’autrefois. Il y a des statistiques de 1861 qui parlent d’un maximum de 28° pour les mois de juin, juillet et août dans notre région, et une autre source en 1911 qui fait mention d’une canicule parce que les températures atteignirent les 28 ! N’avez-vous pas remarqué que maintenant, on peut attraper un coup de soleil au bout de quelques minutes en plein soleil ? J’ai bien peur que la couche d’ozone soit bel et bien trouée et qu’à force de se ficher de tout, l’Homme ne finisse par courir tout droit à l’extinction de sa race. Sur ces bonnes paroles, bonne rentrée à tous !


Chronique mensuelle

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.