Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Jumelage

Illustration 

Depuis le 8 mai 2013, notre commune est jumelée avec la ville espagnole de Villanueva de Los Infantes, située au sud-est de Madrid. Un jumelage synonyme de nombreux échanges.

De l'amitié au jumelage

L'histoire de ce jumelage commence en août 2011 lorsque les Pennoises Maité Amores-Zaragoza et Evelyne Farci ayant appris qu'un festival médiéval y est organisé, se rendent à Villanueva de los Infantes. Elles sont subjuguées par sa beauté et y reçoivent un accueil très convivial (Merci à Isabel et Pedro !).
Parallèlement, une personne, native de cette commune, qui pour des raisons professionnelles était dans notre région, évoque l'attrait des Pennes-Mirabeau auprès du maire espagnol, Gabino Marco Solera.

Dès lors, l'idée d'un éventuel jumelage devient de plus en plus prégnante, en particulier dans la tête de Maité Amores-Zaragoza et Evelyne Farci qui en font la proposition à Michel Amiel. Elle sera entendue puisqu'en octobre, un comité de jumelage est créé et en mai 2012, le maire de Villanueva de los Infantes vient aux Pennes-Mirabeau pour signer un pacte d'amitié, prélude au jumelage. En novembre 2012, au tour de Michel Amiel de se rendre en Espagne en compagnie de membres du comité de jumelage. L'amitié entre les deux communes se peaufine, se confirme pour déboucher donc sur la signature du 8 mai 2013. 

Pourquoi un jumelage ?

Dans les mois et les années à venir, les relations vont se multiplier. Elles pourront être diverses : économiques, culturelles, linguistiques, sportives, touristiques. Mais, elles ont commencé même avant la signature du jumelage, dès le mois d'avril, avec un groupe de seniors pennois qui se sont rendus à Villanueva de los Infantes pour un séjour touristique très réussi.

Sur l'avenir, voilà ce que dit Gabino Marco Solera, maire de Villanueva de Los Infantes : «Les échanges touristiques permettront de découvrir et partager le patrimoine architectural et culturel, la gastronomie. On peut imaginer aussi des échanges commerciaux de produits agroalimentaires, nos deux spécialités étant l'huile d’olive et le poivron. Pour lui faire honneur, le premier samedi du mois de septembre, nous organisons même le Jour du Poivron en faisant notamment un pisto géant ! Les séjours linguistiques pour les jeunes des deux communes est une autre évidence tout comme les rencontres musicales, sportives telles que la «course aux flambeaux» du mois d'août qui se déroule à la tombée de la nuit et traverse la vieille ville, sans oublier différentes fêtes : la Semaine Sainte, les Croix de Mai, les foires d’Août et les Journées littéraires».

 

 

Villanueva de Los Infantes

«Dans une bourgade de la Manche, dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait, il n'y a pas longtemps, un hidalgo de ceux qui ont lance au râtelier...». Ainsi débute le «Don Quichotte de la Manche» de Miguel de Cervantes. Eh bien, cette localité, restée anonyme pendant quatre siècles, est donc Villanueva de los Infantes, une commune de près de 6000 habitants, situé dans la communauté de Castille-La Manche à 220 kilomètres au sud-est de Madrid.

Contrairement aux Pennes-Mirabeau, Villanueva de los Infantes ne se situe pas dans un environnement urbain. Autour de cette cité, située en plaine, s'étend plutôt des champs de poivrons, des vignobles, ceux de Valdepenas parmi les plus vastes d'Europe. Il s'agit d'une commune sur laquelle on ne tombe pas par hasard et qui a la particularité de compter quasiment le même nombre d'habitants en 2013... qu'au XVIIème siècle.

Chef-lieu à cette époque de la région de Montiel, zone de la Manche que sillonnent Don Quichotte et son écuyer Sancho Pança, Villanueva de los Infantes abritait de nombreux palais de ducs et marquis, des collèges, un hôpital, une caserne de l'Ordre militaire de Saint-Jacques et une prison de l'Inquisition. Un passé encore présent. Ainsi, plus de deux-cents armoiries différentes, notamment dans la rue Cervantes, ornent encore les façades de pierre dorée de la ville.

On peut, également, visiter quatre églises monumentales dont San Andrés Apostol sur la Plaza Mayor, la grande place du village. On trouve aussi trois couvents et de multiples chapelles dont celle de Los Bustos où est inhumé un autre immortel des lettres hispaniques, Francisco de Quevedo, qui mourut ici en 1645. Cervantes lui-même est certainement entré à plusieurs reprises dans cette ville lorsqu'il sillonnait la région en qualité de commissaire royal au ravitaillement. Avec de tels écrivains, Villanueva de los Infantes est de la sorte un foyer régional du fameux Siècle d'or espagnol d'autant qu'on y jouait aussi, à la même époque, les comédies de Felix Lope de Vega, un des plus grands dramaturges de cette période faste pour la littérature ibérique.

Autant de vestiges du passé, mais aussi une vie actuelle à découvrir comme le Musée d'art contemporain abritant une exposition permanente d'œuvres de peintres et sculpteurs de la région.

 


Villanueva de Los Infantes, Espagne

Visitez le site de la Ville >>>

Comité de jumelage, tél. 06 64 62 83 78

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.