Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


ÉDITO DU MAIRE

Sécurité routière : une priorité de tous les instants

En 45 ans, nos habitudes de conduite, notre perception de la route et les règles du Code de la route ont beaucoup évolué. Les chiffres de la mortalité routière donnent d'ailleurs toute la mesure du chemin parcouru. Positivement. En 1972, on déplorait plus de 18 000 décès sur les routes françaises, en 2017 on en comptait moins de 3 500.

La baisse est conséquente, mais s'en satisfaire serait irresponsable, surtout pour les jeunes générations. Ne l'oublions pas, les tranches d’âge en sur-risque demeurent les 18-24 ans, avec plus de 500 tués en 2017. C'est tout simplement inacceptable car il n'y a dans ces drames, aucune place pour la fatalité.

Nous connaissons parfaitement les principales causes : la vitesse bien sûr, l'alcool aussi, responsable de 25 % des accidents mortels chez les 18-24 ans, le cannabis qui cause plus de 200 morts sur la route chaque année, dont la moitié a moins de 25 ans et évidemment le téléphone, impliqué dans près d’un accident corporel sur dix !

C'est pourquoi, dans notre commune, comme le rappelle le dossier de ce Pennois, nous faisons depuis de nombreuses années de la prévention routière en direction des jeunes, un axe fort de notre politique.

C'est de notre responsabilité d'élus évidemment, mais aussi de parents de prévenir nos enfants que la route est un danger de mort si on ne respecte pas les règles... à un âge où justement on n'a pas toujours envie de les suivre.

Alors, avec ses partenaires, la mairie opte tout au long de l'année pour de nombreuses actions pédagogiques, ludiques, concrètes, afin que les jeunes Pennois entendent et retiennent les messages de prévention. Nous sommes d'ailleurs fiers d'accueillir ce 11 octobre, une grande journée de prévention dans le cadre des Semaines de la sécurité routière.

Ce n'est pas un hasard non plus si trois jours plus tôt, nous proposons le Grand Code de la route pour les seniors à l'occasion de la Semaine bleue. En effet, à l’autre extrême de la pyramide des âges, ce public représente un peu plus d’un quart de la mortalité routière, avec environ 850 décès chez les plus de 65 ans. Là encore, c'est insupportable. Il nous faut donc être attentifs. Ensemble. Car l’accidentalité routière est l’affaire de chacun d'entre nous. Comme le dit très bien le slogan de la sécurité routière, nous sommes «tous touchés, tous concernés, tous responsables».

Monique Slissa
Maire des Pennes-Mirabeau
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. : 09 69 36 24 12


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Comme nous l'avions annoncé, nous avons lancé un grand nombre de travaux importants qui sont en cours ou en voie d'achèvement.

À la fin de notre mandat, nous aurons entre autres requalifié complètement La Voilerie, le centre des Cadeneaux, une bonne partie de La Gavotte. Aussi, alors que nous avons subi une baisse de fonds sans précédent dans l'histoire des mairies, nous avons réussi à moderniser la ville comme jamais. Et cela avec une pression fiscale tout au long de ces cinq dernières années qui est restée quasi stable.

Évidemment, les travaux peuvent entraîner des gênes, mais elles sont transitoires et vite oubliées quand le résultat en vaut la peine. Cela n'est pas facile tous les jours mais encore une fois, Les Pennes-Mirabeau avancent et se modernisent.

Alors oui, l'opposition n'est pas contente. Elle l'est d'autant moins et crie d'autant plus fort que nous réussissons à faire des choses qu'elle n'aurait jamais imaginées que nous puissions faire. Elle peut toujours critiquer, s'emporter, se déchirer, la réalité reste la même depuis des années : il fait bon vivre aux Pennes- Mirabeau. Toujours autant de monde veut y habiter et c'est l'une des clés de son succès immobilier.

Les Pennois ont eu raison depuis des décennies d'investir dans notre majorité, ils y ont gagné une vie agréable dans une ville agréable qui, en outre, a fait fructifier leur patrimoine. C'est la réalité des Pennes-Mirabeau. Une réalité de long terme. Pas celles de jeunes loups ambitieux qui ne veulent faire fructifier que leur patrimoine électoral !


LES PENNES BLEU MARINE

Au conseil, nous avons eu le terrain de foot du Repos, vendu à 107 euros le m² à un promoteur puis un terrain à 3,75 euros le m² à un particulier. Maintenant le terrain vendu à 1 centime le m² ! Comment faire ? Il suffit de construire sur un terrain de la Mairie ou de faire une extension de votre maison sur le domaine municipal. Après une délibération du conseil municipal vous deviendrez propriétaire pour un prix dérisoire !

La seule réponse donnée par l’élu à l’urbanisme : «On ne comprend pas et tout est écrit dans la délibération». Je vous invite à aller sur le site de la mairie, dans «délibération municipale» du 28/07 numéro 191X18. Alors que l’élu de la majorité était en difficulté, M. Amaro LR est venu à son secours, nous expliquant que tout était normal et qu’ils avaient vu ça (majorité et LR) dans une obscure commission où les élus du RN ne siègent pas !

La majorité municipale, les Communistes et Les Républicains avaient soutenu un énième caprice de M. Amiel, Le BHNS ou Zenbus. Une trouvaille de gauche qui devait révolutionner les transports en commun et remplir enfin ces bus désespérément vides... Bien entendu il n’en a rien été et ils continuent d’être vide. Dans ce contexte la Métropole dirigée par les Républicains a décidé de supprimer des arrêts du bus 89 allant sur Marseille. (Palliere, Renardière). Pour remplir enfin le Zenbus? Les résultats sont que pour se rendre à Marseille ou à la Gavotte les habitants de ces quartiers sont obligés de prendre le Zenbus pour aller au square De Gaulle afin de prendre le 89, ce qui engendre un coût supplémentaire de 24€/ mois ! Sinon ils prennent la voiture, ce qui entraine de nouveaux embouteillages ! Notons que M. Amaro MENT quand il dit être contre le BHNS puisque les LR ont voté toutes les délibérations municipales concernant ce bus !

Seul les élus RN sont favorables au maintien des arrêts contrairement à M. Amiel qui militait pour la Métropole des transports, avec les conséquences désastreuses que l’on connait.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


GROUPE Les Républicains

Qu’il est dangereux d’être piétons aux Pennes- Mirabeau ! Le déficit dans les infrastructures rend nos déplacements risqués.

Les déplacements piétons sont problématiques sur de nombreux secteurs. Que ce soit par l’absence totale d’investissement depuis près de 20 ans, le manque d’entretien, ou encore le manque de réflexion, l’insécurité est subie et vécue chaque jour par une majorité de Pennois.

Les travaux à la Gavotte sont un exemple marquant. Alors qu’aucun trottoir n’existe sur le secteur, la municipalité a pris la décision de déporter l’ensemble de la circulation du chemin de Val Sec (du garage Renault Pinon au St Georges), sur le Chemin des Petits Cadeneaux.

A la Gavotte ou la Morandière, les trottoirs non entretenus obligent les piétons à se déporter sur les voies de circulation. De nombreuses voies empruntées par des écoliers ou collégiens, comme aux Barnouins ou au chemin des Petits Cadeneaux sont totalement dépourvus de trottoirs ou autre protections piétonnes. Les exemples sont nombreux et se multiplient. Une situation prise à la légère par la municipalité depuis des décennies, qui tente de rattraper le retard à quelques mois des échéances municipales en lançant des travaux cosmétiques pharaoniques.

Quant aux parkings, la situation reste critique. Jacques Monod, St Elisabeth, l’école des Cadeneaux, le nouveau Centre médical du même quartier, etc. Autant d’infrastructures accueillant de jeunes Pennois, qui n’ont pas eu la chance d’accueillir l’aménagement nécessaire face à l’augmentation du nombre d’habitants de plus de 25%. Une situation devant aujourd’hui se conjuguer à la dégradation constante des services de transports en commun, de moins en moins existants aux Pennes-Mirabeau.

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Conseillers Municipaux des Pennes-Mirabeau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Tél. : 0626164937


GROUPE PENNES-AVENIR

PLAN DE CAMPAGNE : réfléchissons ensemble sur son avenir : certes zone d’emplois mais zone saturée d’entrepôts, magasins, de véhicules et de pollution... Va-t-on suivre cette orientation ou au contraire profiter de l’espace libéré pour créer un «poumon» pour «respirer» dans une atmosphère bétonnée.

Déjà un choix semble s’être mis en place : un mastodonte (Phalsbourg) devait construire 46000 m² de béton et de boutiques. La Commission Départementale a émis un avis défavorable à cette extension, appuyé sur les mêmes arguments que les nôtres : saturation de véhicules, locaux neufs qui incitent à abandonner les plus anciens (que deviendront-ils ?) et des emplois qui s’y déplacent.

Notre groupe défend depuis 20 ans la nécessité d’équipements publics nécessaires à ceux qui y habitent, aux salariés, aux clients de la zone. Avant de réaliser ce projet la municipalité a-t-elle consulté l’opposition dont elle reconnaît «un rôle important». Dans La Provence du 11 juin, Mr le Sénateur et Mme le Maire se disent «déçus et amers» si ce géant ne conduit pas à terme son chantier. Mais ont-ils permis l’expression d’une opposition constructive qui est la nôtre proposant de faire de ce lieu un espace public ?

Les idées ne manquent pas : commissariat, localisation idéale pour intervenir sur les Pennes, Septèmes et Cabriès gare, pas une halte sans aucun agent, proche de logements sociaux et étudiants (mon groupe l’a voté) crèche / halte garderie pour les Pennois, les salariés, les clients centre de secours et de soins (en cas de tornade, inondation, incendie) bureau de poste facile d’accès.

Pour mon groupe ce ne sont pas les «failles dans le projet», mais une conception libérale qui privilégie la finance au détriment de l’intérêt public, les cartes bleues devront chauffer tant pis pour ceux au bord de la route qui se contenteront d’errer d’un magasin à l’autre sans rien acheter dans cette zone engorgée de magasins.

Serge BARONI - PCF - Front de Gauche
06 42 90 95 27
www.pcfseptemeslespennescabries.com

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.