Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

Expression politique


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

L'élection de Monique Slissa le 27 septembre dernier à la tête de la commune des Pennes- Mirabeau marque la volonté du groupe majoritaire de se positionner sur une politique mêlant à la fois justice sociale, sécurité et proximité auprès des Pennois.
Néanmoins, nous regrettons profondément l'attitude de l'opposition, et en particulier de ses représentants – messieurs Fusone et Amaro pour ne pas les nommer – dont le positionnement se cantonne à aller systématiquement à l'encontre de la politique menée quelle qu'elle soit, ce comportement étant sans doute motivé par des ambitions personnelles au détriment de l’intérêt collectif. Face aux ambitions des jeunes loups, nous continuerons à oeuvrer pour le bien collectif, face à la démagogie, nous continuerons de tenir un discours de vérité, et face à la radicalité politique – pour ne pas dire le radicalisme –, nous opposerons une politique à la fois juste et équilibrée.
Cette volonté se traduit dès aujourd'hui par l'opposition claire et affichée de Madame le maire concernant la suppression des emplois aidés dans les établissements scolaires qui mettent en difficulté le fonctionnement des nos écoles. À ce titre, une motion visant à contester cette mesure sera présentée lors du prochain conseil municipal. En ce qui concerne la conduite de notre politique sur le long terme, celle-ci sera guidée par un objectif : le développement réfléchi et mesuré de notre ville tout en conservant l'esprit si particulier qui la caractérise, celui qui fait de nous des Pennois.
Au final, la seule et unique motivation qui dictera notre conduite sera celle du bien-être des Pennois.


LES PENNES BLEU MARINE

Un nouvel attentat a frappé notre pays. 2 jeunes filles, de 20 ans, à Marseille, ont été tuées. Le terrorisme islamique a encore frappé.
Le terroriste était un clandestin! Tous les élus des Pennes (sauf le FN) sont pour l’immigration massive. Un exemple : le 31 août, il été voté une motion de soutien au collectif RASED13. Une nébuleuse associative où se trouve le SNIUPP. C’est un syndicat d’instituteurs et de professeurs.
Ce syndicat se bat, entre autre, pour les droits des migrants et des clandestins. C’est-à-dire qu’il se battait pour les droits du terroriste qui a tué Laura et Mauranne ! Bien entendu, les élus FN ont voté contre. Ce clandestin était aussi un délinquant. J’avais dans mon programme législatif, le rétablissement de la double peine (j’étais le seul candidat). C’est-à-dire, après avoir purgé sa peine, un clandestin est automatiquement expulsé. Rappelons que ce sont «Les Républicains» qui ont abrogé cette loi.
Lors du dernier conseil municipal, la majorité Slissa- Amiel n’avait même pas prévu une minute de silence... Je l’ai demandé. Un minimum, pour la mémoire des jeunes victimes.
Notre trio Slissa-Amiel-Amaro continue l’application de leur politique anti-Pennois. Cette fois, ils s’en prennent à nos enfants! En effet, après avoir lutté des mois pour supprimer les emplois aidés dans nos écoles, ils ont malheureusement eu gain de cause. Les secrétaires vont être supprimés. Alors qu’il en va de la sécurité de nos enfants, le trio n’en a que faire! Leur idéologie passe avant tout !
Mme Slissa est forte pour s’en prendre avec ses amis à nos écoles, mais pour répondre aux questions au conseil municipal c’est autre chose. Le 12/10 une question simple lui a été posée sur les marchés publics. Incapable de répondre, les fonctionnaires ont dû répondre à sa place! Elue depuis 2001 et désormais Maire, une telle incompétence ne laisse envisager rien de bon pour notre ville.
Vous pouvez suivre l’actualité de vos élus FN sur Facebook : les Pennes Mirabeau Bleu Marine.

Nous restons à votre écoute par courriel :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
ou au 06 03 45 45 78


GROUPE Les Républicains

Quelques mois seulement après la suppression des contrats aidés, les premiers manquements se font sentir au sein de l’ensemble des structures scolaires de la ville ! Une situation dangereuse, pour laquelle la responsabilité de l’Etat doit être engagée.
En effet, si dans certains secteurs, la fin de cette mesure n’aura que très peu d’impact, les conséquences sont toutes autres au sein des écoles primaires et maternelles des Pennes-Mirabeau. Depuis la rentrée, les différent(e)s Directrices et Directeurs doivent s’organiser sans aucune secrétaire, alors que ces dernières participaient jusqu’ici très activement à l’organisation des établissements scolaires. Une prise de décision qui supprime de fait, toute présence permanente d’adulte en dehors du corps d’enseignants.
C’est donc la sécurité de nos enfants qui est maintenant en jeu :
Les Directeurs doivent en effet laisser les enfants seuls dans la classe à chaque sollicitation au portail : livreurs, intervenants, réparateurs, etc. L’école est injoignable par téléphone tout au long de la journée.
Les retardataires ne peuvent plus être accueillis après les horaires d’accueil, etc.
Des conditions inacceptables que l’Etat ne peut accepter, se rendant de fait responsable d’un quelconque problème ; une hérésie dans le contexte actuel d’Etat d’Urgence.
Nous nous joignons à l’ensemble des Parents d’Elèves afin de demander à la majorité en place de mettre en place dans les plus brefs délais, des solutions de substitution, car elles existent ! N’attendons pas qu’un drame se produise.
>>> Plusieurs pétitions ont été mises en ligne sur le site change.org

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Conseillers Municipaux des Pennes-Mirabeau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


 GROUPE PENNES-AVENIR

Le Pennois «bilan» de septembre donne une image quelque peu idéalisée de la commune, enclave protégée (par Jupiter ?) des problèmes actuels. Pas d’opposition réelle, les propos du F.N. Bleu Marine restent un pur exercice verbal. Seul le PC/Front de Gauche défend les services publics garants de la justice sociale. Depuis des années, il est toujours présent sur le terrain, proposant des actions, des informations pour mobiliser la population. Comment agissons-nous ? Le processus est constant : des tracts pour diffuser ces informations sur le marché du samedi, à la sortie des écoles, à l’entrée des entreprises. Dans certains cas, nous rédigeons des pétitions à signer, que nous transmettons aux instances concernées (Conseil Départemental, Préfecture). Quelques exemples d’intervention :
- Pour le maintien du Service Postal dans les 2 bureaux La Gavotte et le Chef Lieu avec des pétitions déposées chez les commerçants.
- Pour le commissariat, problème ancien, une délégation à la Préfecture qui avait permis la hausse des effectifs supprimée par Sarkozy
- Pour l’éducation une demande d’un lycée : une pétition permettant de rassembler les habitants Salle Martinet
- Pour le maintien des services de Santé : centre Paul Paret et Sécurité Sociale : présence devant les tribunaux pour appuyer ces services. Une réussite pour Paul Paret.
- Pour le maintien des Canadairs, nous avons distribué les premiers des centaines de tracts de 4 pages sans l’aval de la Mairie. (déjà nous en avions parlé en octobre 2016 sur le Pennois)
- Pour une commune verte : nous avons soutenu les salariés de la décharge victimes des émanations nocives qui nous touchent tous.
Difficile de développer davantage nos engagements dans un espace aussi restreint.
Nous ne sommes pas «des intermittents de la politique». Nous sommes le seul groupe de gauche et avec votre appui «nos victoires» pour l’amélioration des conditions de vie sur la commune seront les vôtres.

Serge BARONI - PCF - Front de Gauche
06 42 90 95 27

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.