Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Amor à mort

Illustration

 

«Les histoires d’amour finissent mal... en général», chantaient les Rita Mitsouko. De façon générale aussi, la littérature ou le cinéma notamment, regorgent d’exemples qui ne sont pas faits pour les contredire. Poursuivant dans ce sillon de l’amour désillusionné, sans pour autant abonder du côté des belles-mères, des chaussettes qui traînent ou des amants dans le placard, les auteurs d’Amor à mort ont souhaité explorer l’envers du décor. Les situations de couple qu’ils mettent en scène sont transgressives et virent dangereusement au grinçant, pour atteindre irrémédiablement le féroce.

Car dans la vraie vie, il est des circonstances où la liaison amoureuse se termine par la mort, que ce soit par «passion», par accident ou par choix de l’un des protagonistes ou bien des deux. La nature humaine a ceci de particulier que lorsque la blessure s’installe, la raison s’embrume facilement, pouvant pousser le meurtri à agir de façon impulsive et cruelle.

Dans ce spectacle à l’humour noir, on s’émeut et on rit grâce aux crimes farfelus et audacieux que commettent les personnages. Un exutoire aux désirs les plus odieux, aux idées les plus destructrices, aux bassesses les plus inavouables. Sauf que l’exercice ne peut avoir lieu sans une certaine gaieté, sans permettre au spectateur de rire à gorge déployée. Descendre dans les limbes noires et crasses de l’humanité, oui, mais avec humour et panache. Comme un pied de nez à notre inéluctable finitude.

Samedi 17 décembre à 20h30 - Idéethèque (auditorium)
Tarifs : adulte 11€, senior (+65 ans) 8€, enfant (-10 ans) 3€
Réservations : 04 91 67 17 79

Illustration

 

 

Imprimer