Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Expression politique

 

Édito du maire

Pour nos enfants

En 2005, l’UNICEF attribuait à notre commune le label «Ville amie des enfants». Un partenariat renouvelé plusieurs fois, validant ainsi les nombreuses initiatives que nous menons régulièrement en direction des plus jeunes Pennois.

Cette année encore, nous allons fêter – si la situation sanitaire le permet – l’anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant en proposant différentes manifestations culturelles en octobre et novembre.

Mais, être «Ville amie des enfants», c’est aussi un engagement tout au long de l’année. Et sur le plan culturel nous proposons depuis longtemps une palette de spectacles et animations à destination des plus jeunes Pennois. La culture n’attendant pas en effet le nombre des années, notre ville a ainsi pris la bonne habitude de présenter des pièces de théâtre lors de séances scolaires pour tous les élèves pennois, sans oublier évidemment les nombreux spectacles familiaux de la programmation culturelle des Pennes-Mirabeau.

Pour autant, si être spectateur est très positif, être acteur l’est également ! Et, dans notre commune, nos enfants peuvent le devenir grâce à notre École municipale de musique et d’art dramatique et celle d’arts plastiques qui accueillent les jeunes Pennois dès leur plus jeune âge afin qu’ils s’initient à la musique, au théâtre, à la peinture et la sculpture.

Je n’oublierai pas non plus la traditionnelle Journée du livre jeunesse qui, chaque année en novembre, met en lumière la littérature dédiée aux jeunes lecteurs. Un événement notoire, à une époque où les divers écrans ont pris une place prépondérante chez les jeunes générations. Un rendez-vous toujours apprécié des familles pennoises et précédé de rencontres dans les écoles, avec des auteurs de livres pour la jeunesse.

Même si la situation sanitaire pourrait contraindre au report de certains spectacles et manifestations, notre volonté de mettre en avant la culture pour nos enfants ne faiblira jamais. Je m’y engage. Elle s’amplifiera même dans les années à venir avec l’arrivée de l’Idéethèque à La Gavotte.

Ce nouveau lieu de vie culturelle permettra, comme son nom l’indique, un foisonnement d’idées et de propositions dont les plus jeunes Pennois, comme l'ensemble de la population, seront bénéficiaires. C’est une bonne nouvelle car comme le dit l’écrivain et sociologue malien Mamadou Nabombo, «une société sans culture est un corps sans âme».

Michel Amiel
Maire des Pennes-Mirabeau


100% POUR LES PENNES-MIRABEAU

Au soir de notre victoire à l’élection municipale le 28 juin dernier, l’ensemble du groupe 100% pour les Pennes-Mirabeau s’est engagé à oeuvrer sans relâche, et ce jusqu’au terme du mandat que nous avons reçu, dans l’unique objectif de préserver et d’améliorer votre cadre et qualité de vie.

Alors que la rentrée politique bat son plein, il est désormais clair que l’opposition portée par M. Amaro n’aura d’autre but que de tout mettre en oeuvre pour entraver l’action de la majorité municipale, quitte à user du recours systématique au contentieux, bien loin, donc, de sa posture de campagne de vouloir «discuter et travailler avec tout le monde».

Le dernier exemple en date ? Sa demande au Tribunal administratif de faire payer à la Ville – et donc à vous, Pennois – une astreinte de 1 500 euros par jour de travaux effectués et destinés à rénover et surtout sécuriser la place des Tabors, projet qu’il avait pourtant lui-même voté par le passé !

En réaction à cette tentative d’entrave et d’intimidation, la grande majorité des riverains et commerçants de la place des Tabors a exprimé son soutien à ce projet, et par la même occasion son vif mécontentement à l’encontre de M. Amaro, en lançant une pétition, récoltant plusieurs centaines de signatures.

En ce qui nous concerne, nous continuerons à mener à bien tous nos projets pour la commune, sans tomber dans les polémiques stériles dans lesquelles semble se complaire l’opposition. Entre l’action et la querelle gratuite, nous avons choisi notre camp.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


ENSEMBLE POUR LES PENNES-MIRABEAU

Centre Victor Hugo... fin de l’histoire. Voici le titre de l’article de 2017 qui annonce de la destruction de l’école communale de nombreux anciens Pennois. D’autres bâtiments historiques de notre commune sont laissés à l’abandon ou rasés : l’Eglise Saint Blaise et l’ancien casino au Vieux-Village, l’ancienne école Sainte Elisabeth au quartier Monaco, l’école communale du Plan des Pennes, etc. Tous ces bâtiments sont des souvenirs de notre histoire, de notre identité pennoise. Nous sommes conscients que le rôle du politique est de se tourner vers l’avenir, mais nous déplorons cette volonté affichée par la majorité en place de réduire en cendre le patrimoine de la commune. La protection des patrimoines culturels et naturels oblige des stratégies de concertation et de collaboration, un travail difficile devant lequel notre Maire baisse les bras depuis longtemps.

Pourtant, un maire peut se battre ! Monsieur Mellan a pu empêcher le TGV de passer au-dessus de notre commune par sa volonté farouche de protéger notre ville. Plus récemment, à Cabriès, la Maire nouvellement élue a réussi à stopper un énorme projet de 130 logements sociaux qui aurait détruit de grands espaces forestiers.

Ces 2 exemples montrent qu’avec de la volonté, du travail et du rassemblement, un élu a encore le pouvoir de se battre pour ses administrés. Ce constat, loin d’être une critique stérile, sera notre leitmotiv pour pousser la majorité à défendre l’intérêt des pennois et à ne pas se complaire dans la facilité et le béton frais. C’est notre rôle d’élus et nous continuerons à le tenir.

Vos élus : Joëlle REYNAUD FIORILE, Cathia DELAVEAU,
Solange GORLIER LACROIX, Jean-Claude CABRAS,
Charles LECLERC et Romain AMARO
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone : 06 12 99 98 18


PRÉSERVER NOTRE CADRE DE VIE

Ensauvagement. C’est le mot qui revient en boucle depuis cet été. Lynchage d’un chauffeur de bus, une jeune fille traînée sur 800 mètres sous une voiture, une policière écrasée, des coups de couteaux mortels, des agressions filmées, etc.

Cette montée de l’insécurité n’est pas uniquement cantonnée à quelques quartiers ou villes, elle est généralisée sur toute la France. Notre ville ne déroge pas à la règle. Durant ces derniers mois vous avez été nombreux à être victime de cambriolages ou de vols dans vos voitures, à être témoins de dégradations pour le «plaisir» ou parce que les «jeunes» s’ennuient. De même pour le tapage, la nuit. Les agressions, une jeune fille mineure a même été attaquée !

Une part de la solution se trouve au niveau national, notamment dans le renforcement des effectifs de police et dans l’application réelle des peines. Combien de fois des multirécidivistes ne font pas un jour de prison, parfois pour des crimes ?

Mais l’autre part se trouve au niveau local de surcroît quand on a un état défaillant. Dans une commune comme la nôtre, qui à 42 millions d’euros de budget annuel un effort doit être entrepris sur la sécurité. Nous subissons la guéguerre entre Les Républicains et la Majorité pour le sens unique de val sec et du rond-point du CIC. Dans cette mascarade, vous payez les frais d’avocat, jours d’astreintes etc. Pourquoi mascarade ? Car ce projet est connu depuis 4 ans ! Il fait partie intégrante du projet de requalification de la Gavotte. En juin 2017 dans le Pennois l’intégralité du projet était déjà dévoilé sans que M Amaro ne trouve à redire. Mais, entre les 2 tours des élections municipales, il est entré en croisade contre le projet qu’il avait validé 4 ans plus tôt ! Nous avons été les seuls à pointer les problèmes depuis le début. Nous ne pénalisons pas pour autant les finances de la commune et ne comptons pas prendre en otage les pennois avec un chantier sans fin. Il s'agit de préserver les Pennes pas notre ego.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


NOUS PENNOIS, ÉCOLOGISTES, CITOYENS, SOLIDAIRES

Limitons l’éclairage nocturne aux Pennes Mirabeau !
Plus personne ne conteste que l'éclairage artificiel nocturne a des effets néfastes sur les écosystèmes. Notre aire géographique n’est vraiment pas gâtée dans ce domaine et est ainsi polluée par de multiples sources fixes et permanentes depuis de nombreuses années. Parmi celles ci, les luminaires de notre ville et des villes avoisinantes, le port de Marseille, l’aéroport de Marignane, les éclairages routiers, des installations industrielles relativement proches, et aussi et surtout, la sur-illumination de la zone commerciale de plan de campagne ornée de tous ses panneaux publicitaires.
La faune, la flore et la santé humaine se trouvent grandement perturbés par cette sur-illumination souvent inutile.

Lutter contre cette pollution lumineuse tout en équilibrant savamment les exigences contradictoires de sécurité et de préservation de l’environnement n’est pas tâche facile.

Le fait est que cela permettrait d’économiser de l’énergie et aurait un impact très positif sur la biodiversité et la santé humaine.

De nombreuses villes y ont déjà réfléchi et on mis en œuvre actions de prévention comme des détecteurs de présences ou limité la durée de l’éclairage en coupant l’éclairage public quand les besoins sont nuls ou presque...

Des solutions existent et je ne doute pas que la municipalité prendra prochainement ce problème à bras le corps en y associant les habitants pour préserver la biodiversité provençale et la santé des Pennois.

Rosy INAUDI
Conseillère départementale EELV du canton
Pour le rassemblement de la Gauche est des Ecologistes aux Pennes Mirabeau

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.