Expression politique

 

Édito du maire

Restons positifs !

Depuis des mois, le monde nous abreuve de drames et d’inquiétudes. La crise sanitaire bien sûr qui depuis début 2020 rythme notre quotidien, mais aussi la guerre en Ukraine, aux portes de notre Union européenne, qui depuis février 2022 nous offre des images de désolation et de souffrances pour la population ukrainienne.

Pour autant, je pense qu’il ne faut pas céder à la sinistrose et demeurer actifs face à ces crises. Et je voulais d’ailleurs vous remercier une nouvelle fois pour votre engagement et votre soutien envers les réfugiés ukrainiens accueillis dans notre ville ou encore lors du magnifique concert solidaire du 19 avril dernier. Merci aussi aux enseignants et aux services municipaux qui participent, comme vous pourrez le lire dans ce numéro du Pennois, au bon accueil des enfants ukrainiens à l’école des Bouroumettes, à celle des Cadeneaux ou encore en centres aérés. Loin de leur terre, de leurs pères, ces enfants ont besoin de retrouver une vie sociale avec d’autres écoliers de leur âge. C’est évidemment aussi une expérience très enrichissante pour les petits Pennois.

Être positif, c’est également constater que le virus de la Covid nous contraint moins dans notre quotidien ; il est donc temps de retrouver de la joie de vivre et l'envie de partager. Et à notre échelle, nous faisons le maximum pour que vous soyez le plus heureux possible aux Pennes-Mirabeau. Et bonne nouvelle, dans quelques jours, nous assisterons au retour de notre festival Lou Mirabéou, mais aussi de notre fête foraine, des Feux de la Saint- Jean, de la Fête de la musique… Autant de rendez-vous festifs et conviviaux que vous aimez tant et qui avaient été victimes de la crise sanitaire.

Puis l’été arrivera. Alors, si vous êtes enfants, ados ou séniors, n’attendez pas pour vous inscrire aux stages sportifs, au Summer Camp ou aux activités proposées par notre nouvel Espace séniors. Et puisque je parle de nos retraités, particulièrement dynamiques dans notre commune, je compte sur eux pour participer au Conseil des aînés qui est en train de se mettre en place. Une très belle initiative en matière de démocratie participative. Enfin, dès le premier week-end de juillet, vous retrouverez les Estivales qui marqueront le début des festivités de l’été dans notre ville. Vous serez bien sûr informés, dans le prochain numéro du Pennois, du programme de toutes les manifestations des mois de juillet et août. Et si vous ne voulez rien manquer, pensez à télécharger la toute nouvelle application mobile de notre commune. Elle est très simple d’utilisation et vous tiendra informés au quotidien. Car ne l’oubliez jamais, il se passe toujours quelque chose de positif aux Pennes-Mirabeau. Alors, venez et profitez !

Michel Amiel
Maire des Pennes-Mirabeau


100% POUR LES PENNES-MIRABEAU

Depuis ces derniers mois, notre pays est traversé par de nombreuses tensions : la guerre en Ukraine, l'inflation du prix de l'essence et des matières premières qui pèse lourdement sur le pouvoir d'achat des Français, une élection présidentielle qui peine à satisfaire une opinion publique plus que jamais fracturée sans oublier une crise sanitaire qui n'en finit plus de se terminer.

Dans ce contexte national plus qu'anxiogène, la vie aux Pennes-Mirabeau suit pourtant son cours. Nos très nombreuses associations continuent de réaliser un travail formidable pour proposer diverses activités à toutes les générations. Notre beau moulin poursuit sa production de farine pour le plus grand bonheur de la population et de nouveaux commerces ouvrent régulièrement dans le village des Pennes. Un petit marché vient de se créer à la Voilerie à l'initiative de la mairie à l’instar de celui des Cadeneaux. Et de nombreux événements sont programmés dans les semaines à venir tels que le Festival Lou Mirabéou ou la Fête foraine que vous appréciez tant et qui reviennent après avoir été annulés à cause de la crise sanitaire...

Même constat en ce qui concerne les finances publiques : alors que de nombreuses collectivités ont décidé d'augmenter leurs impôts locaux dès cette année pour faire notamment face à la crise énergétique, ici nous avons fait le choix de préserver le pouvoir d'achat des Pennois en maintenant notre fiscalité à son niveau antérieur. Car s'il est vrai que la société française traverse une profonde crise politique et sociale, nous souhaitons mettre toutes les politiques publiques nécessaires pour qu'aux Pennes-Mirabeau, il fasse toujours bon vivre.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


ENSEMBLE POUR LES PENNES-MIRABEAU

Depuis 2017, nous alertons les Pennois sur l’existence d’un magot de plusieurs millions d’euros inutilisés dans les caisses de la commune. Cette année, par la magie des chiffres, nous passons d’un budget de 42 millions d’euros à 69 millions !

Après de nombreuses relances, nous sommes satisfaits que la majorité arrête enfin de manipuler les chiffres.

D’après les analyses effectuées par les services finances de certains de nos voisins, nous avons entre 15 et 20 millions d’euros non utilisés quand la majorité projette, elle, un excédent de ‘‘seulement’’ 9 millions. Dans les 2 cas, le montant reste énorme. Pourquoi s’autoriser autant de marge ? Dans quel but ? Du jamais vu sur d’autres communes.

Prenons quelques promesses de campagne de Monsieur Amiel datant de 2014* qui auraient pu être tenues avec cet argent : Un bassin de rétention pour la Gavotte ; renouveler les aires de jeux pour enfants ; rénover les locaux associatifs, celui du foyer du Plan des Pennes ; accessibilité aux personnes handicapées des lieux publics ; requalification de la médiathèque du vieux-village, déploiement du réseau d’assainissement au Plan des Pennes, etc. La majorité en place continue pourtant de clamer que la commune n’a pas d’argent et que la crise est là. C’est pour cela que les écoles des Pennes-Mirabeau continuent d’être sous-entretenues avec, pour certaines, des chaufferies d’un autre temps et sans climatisation. Le centre social a été fermé pour ‘‘un déficit de 20000€’’.

N’oublions pas souligner les discours de la majorité auprès des agents, présidents d’associations et parents d’élèves sur le fait qu’il n’y a plus de budget disponible. Il y en a des choses à faire avec ces millions.

Et vous, que feriez-vous pour notre ville avec 9 millions d’euros ?

* Programme de campagne «Les Pennes-Mirabeau d’abord» avec Michel Amiel pour les élections municipales de 2014.

Vos élus : Joëlle REYNAUD FIORILE, Cathia DELAVEAU,
Solange GORLIER LACROIX, Jean-Claude CABRAS,
Michel SCAMARONI et Romain AMARO
ensembleplpm.fr - 06 12 99 98 18


PRÉSERVER LES PENNES-MIRABEAU

Temps de guerre.

L'attaque de l'Ukraine par la Russie, nous laisse tous sous le choc. Nous avons la chance pour la plupart d'entre nous, de ne pas avoir connu la guerre. Cette horreur aux portes de l'Europe est pour nous tous, une stupéfaction atroce. La guerre n'est plus un mot vaguement prononcé dans les journaux télévisés : les images nous arrivent et nous montrent les horreurs que les êtres humains peuvent faire. Les pennois ont participé à l'accueil de réfugiés, des femmes et des enfants d'Ukraine.

Il n'y a pas si longtemps les arméniens vivaient l'horreur de la guerre, mais les médias ne s'en étaient malheureusement pas emparés avec autant d'assiduité. Les images rares paraissaient lointaines à beaucoup et les arméniens, n'avaient pas bénéficié de cette aide avec autant d'ampleur. Les turcs et les azéris n'étaient pas aussi détestés par nos dirigeants et notre Maire que ne l'est Poutine, peut-être ?

Néanmoins, en ces temps troublés où le nombre de guerre et leurs proximités s'accroissent ou la géopolitique se tend, il nous faut faire preuve d'humilité et de bienveillance.

La voie diplomatique, le dialogue, surtout avec ceux dont on ne partage pas les valeurs, vaudra toujours mieux que les armes et le sang. La guerre qu’elle soit en Ukraine en Arménie où ailleurs ne peut nous laisser indifférents. Nous ne pensons pas que les élans belliqueux, comme ceux de notre Maire en 2018, où il avouait faire de la propagande pour l'ambassade d’Arabie Saoudite en guerre contre le Yémen, ne sont ni raisonnables ni souhaitables. Le royaume saoudien bombardait femmes et enfants tout en étant accusé de crime de guerre par l’ONU.

La raison de la paix doit être défendue avec fermeté et sincérité. Cet épisode atroce doit au moins nous faire prendre conscience que les bombes où qu’elles tombent ne peuvent être acceptées comme une fatalité.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


NOUS PENNOIS, ÉCOLOGISTES, CITOYENS, SOLIDAIRES

Ce que nous apprend la guerre en Ukraine

Un sentiment de fierté m’a envahie lorsque j’ai appris que notre commune, en collaboration avec le Conseil Départemental avait accueilli de nombreuses familles ukrainiennes dans l’ancien établissement du centre de l’enfance. L’urgence est là ! et le mot fraternité inscrit au fronton de notre République n’est donc pas un vain mot. On a du mal à imaginer tout ce que ces personnes ont pu vivre avant d’arriver dans notre région. Il faut se placer à côté de celui qui subit la violence pour en saisir la vérité. La violence est un acte qui porte atteinte à l’intégrité de la personne. Elle blesse et meurtrit l’humanité de celui qui la subit, et elle réduit aussi l’humanité de celui qui l’exerce. Or l’histoire des guerres et souvent racontée par ceux qui ont vaincu. Dés lors elle est souvent légitimée. Le soutien international aux forces civiles, qui, en Russie s’opposent à la logique de guerre, et en Ukraine cherche à défendre la démocratie par d’autres moyens que les armes est donc essentiel. Sur ce point, contrairement aux Russes, l’expression des Ukrainiens reste possible. Pour ce qui concerne les Européens, ces derniers, n’ayant pas su mettre en œuvre une solide politique d’énergies vertes, cette inaction écologique a créé leur dépendance au pétrole et au gaz russes et a fait émerger leur faiblesse dès lors que le potentat du Kremlin a décidé de taper du poing sur la table. D’où l’importance, qu’après cette guerre, on choisisse des politiques réduisant ces dépendances, en se préparant aux vrais ennemis : le changement climatique et la destruction de l’environnement. Bien qu’un ancien élu de notre liste avait depuis longtemps informé du bienfait des panneaux solaires sur les toits , notre commune est aujourd’hui sur le bon chemin avec la création du champ de panneaux photovoltaïques, mais il faut encore progresser et surtout ne pas oublier que la meilleure énergie est celle qui n’est pas consommée.

Rosy INAUDI
pour «Nous Pennois, écologistes, citoyens, solidaires»
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Imprimer