Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

 

La Grando blouco

Un de mi grand bonur de pichouneto èro d’ana emé mi gènt vèire passa lou Tour de Franço dins li còu dis Aup ! Au fiéu dis an, quouro ai grandi, ai toujour assaja de manteni la tradicioun e d’èstre au rendès-vous eici vo eila, de fes que i’a, proche di Peno, pèr eisèmple quouro l’arribado se faguè sus lou Port-Vièi e que passèron au Rove, o dins d’endré mai liuenchen proufichant de mi vacanço dins li Pirenèu. Me souvène di leva matinié pèr èstre segur d’agué uno bono plaço. Me souvène tambèn coume s’èro aièr de moun impaciènci en esperant la caravano publicitàri e soun mouloun de pichot presènt que li pichot (e li grand!) rabaiavon sus soun passage : de pichot saussissot, de bono, de casqueto, de porto-clau... Pièi, li courrèire arribavon enfin e picavian dins nòsti man pèr ié douna de voio e dire touto nosto joio de vèire passa li campioun. Aquesto annado tambèn, mau-grat un Tour de fin d’estiéu, mens de mounde sus li bord di routo e de mounde masca, ai pas resista à retrouba lou tèms de quàuquis ouro moun amo d’enfant.

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo).


Traduction :

La Grande boucle

Un de mes grands bonheurs d’enfant était d’aller avec mes parents voir passer le Tour de France dans les cols des Alpes ! Au fil des ans, lorsque j’ai grandi, j’ai toujours essayé de maintenir la tradition et d’être au rendez-vous ici ou là, parfois près des Pennes, par exemple lorsque l’arrivée se fit sur le Vieux-Port et qu’ils passèrent au Rove, ou dans des lieux plus lointains en profitant de mes vacances dans les Pyrénées. Je me souviens des levers matinaux pour être sûrs d’avoir une bonne place. Je me souviens également comme si c’était hier de mon impatience en attendant la caravane publicitaire et sa multitude de petits cadeaux que les petits (et les grands !) ramassaient : de petits saucissons, des bonbons, des casquettes, des porte-clés… Puis les coureurs arrivaient enfin et nous tapions dans nos mains pour leur donner du courage et dire toute notre joie de voir passer les champions. Cette année aussi, malgré un Tour de fin d’été, moins de monde sur le bord des routes et du monde masqué, je n’ai pas résisté à retrouver le temps de quelques heures mon âme d’enfant.

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo).

 


Chronique de septembre :

Un moulin flame nòu

L'a un prouvèrbi prouvençau que dis "l'a pas un tèms que noun revèngue" e aquéu prouvèrbi sèmblo bèn verai pèr lou moulin dei Peno. Pecaire, coumo tóutei sei fraire avié plega seis alo* e degun si serié pensa qu'un bèu jour anavo mai recoumença de vira. E pamens, dins gaire de tèms, aquelo machinarié espetacloue va si remetre en routo. Leis gràndeis enteno* van s'anima au soufle dóu Mistrau e deis àutrei vènt de Prouvènço, lei lóurdeis mouelo van mai móurre lou blad e nous douna uno bello farino.
Alor, longo-mai pèr lou moulin, pèr soun móunié e pèr tóut' aquélei qu'an countribuï à sa respelido.

* alo = enteno
Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo).


Traduction :

Un moulin flambant neuf

Il y a un proverbe provençal qui dit «Il n’y a pas un temps qui ne revienne» et ce proverbe semble bien vrai pour le moulin des Pennes. Le pauvre, comme tous ses frères, il avait plié ses ailes et personne n’aurait pensé qu’un beau jour il allait recommencer à tourner. Et pourtant, dans peu de temps, cette machinerie spectaculaire va se remettre en route. Les grandes ailes vont s’animer au souffle du Mistral et des autres vents de Provence, les lourdes meules vont de nouveau moudre le blé et nous donner une belle farine.
Alors, « longo-mai »* pour le moulin, pour son meunier et pour tous ceux qui ont contribué à sa renaissance.

* Formule de félicitations, de vœux.
Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo).

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.