Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

 

Septèmes ou Sétème

Es estounant de vèire coumo lei noun de lue pouedon chanja souto l'influènci de l'ourtougrafo e tambèn emé l'arribado de gènt que soun pas de l'endré. Un bèl eisèmple emé Septèmes, lei gènt dou vilàgi an toujour di "Sétème" mai leis nouvèu arriba an vist lou "p" e l'an prounouncia mai countunien de dire "Je suis le septième" sènso fa entèndre la letro "p". Anas coumprendre! Es coumo acò, poudèn rèn li faire. Escoutas lei nouvèu Marsihés parla d'Allauch, de Menpenti, d'Arenc o de Carry : l'acènt touni a dispareissu, leis "en" prouvençau devènon de "an" e lei letro finalo si fan entèndre. Lou paure Gandhi disié que "l'errour devèn pas verita quouro s'espandisse" mai ai pòu qu'acò siegue plus d'atualita. Pèr vous amusa, assajas de fa dire à vouéstrei counoueissènt "Je suis allé à Menpenti avec M. Bourrely", aurés lèu tria lei gènt dou peïs d'emé leis autre.

Bernard Rémuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Traduction :

Septèmes ou Sétème

Il est étonnant de voir comment les noms de lieux peuvent changer sous l’influence de l’orthographe e aussi avec l’arrivée de gens qui ne sont pas du cru. Un bel exemple avec Septèmes, les gens du village ont toujours dit « Sétème » mais les nouveaux arrivés ont vu le «p» et l’ont prononcé, mais ils continuent de dire « je suis le septième » sans faire entendre la lettre p. Allez comprendre ! C’est comme ça, on ne peut rien y faire. Écoutez les nouveaux Marseillais parler d’Allauch, de Menpenti, d’Arenc ou de Carry : l’accent tonique a disparu, les «en» provençaux deviennent des «an» et les lettres finales se font entendre. Le pauvre Gandhi disait que «l’erreur ne devient pas vérité lorsqu’elle se propage» mais j’ai peur que cela ne soit plus d’actualité. Pour vous amuser, essayez de faire dire à vos connaissances «je suis allé à Menpenti avec Monsieur Bourrely», vous aurez vite fait le tri entre les gens du pays et les autres.


Chronique d'octobre :

Jano Calment

Avèn reçaupu la nouvello aqueste matin : Jano Calment (prounouncia Calmin) èro bèn la decano de l’umanita. Mai, l’an passa, i’avié uno teourìo russo que voulié que la Jano Calment que couneissèn tóuti fuguèsse en realita sa fiho Ivouno nascudo en 1898 e morto en 1934 ! Pèr faire court, la fiho aurié pres la plaço de la maire. E bèn nàni, dous cercaire francés que faguèron d’estùdi sus d’aquel afaire an fa toumba uno à cha uno li alegacioun di dous Russo e es bèn Jano que nasquè lou 21 de febrié 1875 pèr mouri lou 4 d’avoust 1997.

Mai sabès coume soun li gènt, un cop lou doute caviha en tèsto, es tras que tihous de lou leva. E meme se poudian analisa l’ADN de la pauro Jano vo de la pauro Ivouno, rèn ié farié, lou mau es fa e d’ùni dirien «ges de fum sènso fiò...»

Pamens, meme se nosto Jano èro uno galejairis e que i’agradavo de racounta qu’avié rescountra Van Gogh, aurié bèn pouscu crousa Mistral e la chourmo di Felibre ; me la figure emé soun vèsti arlaten caminant fieramen sus la Lisso...

Alor, pèr nautre, Prouvençau, Jano Calment fuguè d’annado de tèms la mai vièio dóu mounde e Arle lou cèntre dóu mounde. Qu ausara me dire qu’es pas verai ?

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Traduction :

Jeanne Calment

Nous avons reçu la nouvelle ce matin : Jeanne Calment (prononcer Calmin) était bien la doyenne de l’humanité. Mais, l’an dernier, il y avait une théorie russe qui voulait que la Jeanne Calment que nous connaissons tous fût en réalité sa fille Yvonne née en 1898 et morte en 1934. En résumé, la fille aurait pris la place de la mère. Eh bien non, deux chercheurs français qui ont fait des études sur cette affaire ont démoli une à une les allégations des deux Russes et c’est bien Jeanne qui naquit le 21 février 1875 pour mourir le 4 août 1997.

Mais vous savez comment sont les gens, une fois le doute ancré dans la tête, il est très difficile de l’en faire sortir. Et même si l’on pouvait analyser l’ADN de la pauvre Jeanne ou de la pauvre Yvonne, rien n’y ferait, le mal est fait et certains diraient « il n’y a pas de fumée sans feu ».

Cependant, même si notre Jeanne était une farceuse et qu’elle aimait raconter avoir rencontré Van Gogh, elle aurait très bien pu croiser Mistral et l’équipe des Félibres ; je me l’imagine avec son costume arlésien marchant fièrement sur le bd des Lices…

Alors, pour nous Provençaux, Jeanne Calment fut pendant des années la plus vieille du monde et Arles le centre du monde. Qui osera me dire que ce n’est pas vrai ?

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.