Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

La calanco dóu Devensoun

Belèu que l’avès remarca e belèu que vautre tambèn n’en fasès partido, i’a mai en mai de gènt que caminon pèr soun plasé e que ié dison «randounejaire». I’a jamai agu tant de mounde dins nòsti colo prouvençalo ! I’a de virado que i’agradon forço à-n-aquéli barrulaire, soun li calanco de Marsiho. Mai, iéu, i’a uno causo que me fai rire chasque cop que l’ause (valènt-à-dire souvènti fes !) es soun biais de prounouncia lou Devensoun, en francés le Devenson. Li gènt lou dison emé l’acènt inglés o american coume se dis Stevenson o Jackson. Mai nàni, bràvi gènt, Devensoun es un mot prouvençau que vòu dire « pichot deven », en francés « petit défens ». Vaqui, aro, quouro quaucun vous countara sis esplé dins aquelo calanco (que, fau lou recounèisse, es uno di forço rabastouso) e qu’estroupiara soun noum, poudrés lou remetre dins la bono draio (se pode dire !). Es un pau la memo causo emé La Barben, sèmblo que sian en Bretagno que tout lou mounde fai senti lou n finau, alor que se dèu prounouncia coume Ventabren. Vaqui, es di !

Valérie Payan : Escolo espenenco de lengo prouvençalo.

Traduction :

La calanque du Devenson

Peut-être l’avez-vous remarqué et peut-être que vous aussi vous en faites partie, il y a de plus en plus de gens qui marchent pour le plaisir et que l’on appelle randonneurs. Il n’y a jamais eu autant de monde dans nos collines provençales !
Il y a des randonnées qu’ils aiment beaucoup, ces marcheurs, ce sont les calanques de Marseille. Mais moi, il y a quelque chose qui me fait rire chaque fois que je l’entends (c’est-à-dire souvent !) c’est leur façon de prononcer le Devenson. Les gens le disent avec l’accent anglais ou américain comme on dit Stevenson ou Jackson. Mais non, braves gens, Devenson est un mot provençal qui veut dire « petit défens ». Voilà, maintenant, lorsque quelqu’un vous racontera ses exploits dans cette calanque (qui, il faut le reconnaître, est l’une des plus difficile) et qu’il estropiera son nom, vous pourrez le remettre dans le droit chemin (si j’ose dire !). C’est un peu la même chose avec La Barben, on dirait qu’on est en Bretagne car tout le monde fait sentir le n final, alors qu’on doit le prononcer comme Ventabren. Voilà, c’est dit !

Valérie Payan : Escolo espenenco de lengo prouvençalo.


Chronique de novembre

La crous bluro

Un còup que, emé de coulègo ginouvés, rintràvi en barco dins lou Vièi Port de Marsiho, aquèstei fuguèron estouna de vèire en lue, ni sus lei batèu ni sus leis oustau, la crous bluro de la bandiero de la vilo. Fau dire qu'à Gèno, la crous roujo ginouveso si trovo d'en pertout : sus lei mounumen, sus leis oustau, sus lei batèu e bessai mume dins lei pàti. Es pas parié pèr la ciéuta fouceienco ; pèr lei 2600 an de la vilo pas de crous bluro sus l'oustau coumunau, vuei l'an messo, mai au mitan d'aùtrei drapèu que l'aclapon. Pas de crous bluro sus lou fort Sant-Jan e lei barco qu'an pas crento de l'arboura, fau lei cerca em'un chàlou. Coumo disié l'autre, fièr d'èstre Marsihés ! Paure de nautre, sian poulit...!

Bernard Rémuzat – Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo.

Traduction :

La croix bleue

Une fois qu’avec des collègues génois, je rentrais en barque dans le Vieux Port de Marseille, ceux-ci furent étonnés de ne voir nulle part, ni sur les bateaux ni sur les maisons, la croix bleue du drapeau de la ville. Il faut dire qu’à Gênes, la croix rouge génoise se trouve partout : sur les monuments, sur les maisons, sur les bateaux et peut-être même dans les toilettes ! Il n’en est pas de même pour la cité phocéenne ; pour les 2 600 ans de la ville pas de croix bleue sur la mairie, aujourd’hui ils l’ont mise, mais au milieu d’autres drapeaux qui l’écrasent. Pas de croix bleue sur le fort Saint-Jean et les barques qui n’ont pas honte de l’arborer, il faut les chercher avec une longue-vue. Comme disait l’autre, fiers d’être Marseillais ! Pauvres de nous-autres, nous sommes beaux… !

Bernard Rémuzat – Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo.

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer