La chronique provençale

Illustration

 

Pèr óublida un pau lou «Covid 19»

Dins aquéli tèms souloumbrous, ai chausi de vous parla di coulour prouvençalo, coulour di terro e di planto que, meme en ivèr, fuguèron sèmpre uno sourso d’ispiracioun pèr li pintre e un grand soulas pèr nautre, que sian bèn crespina de viéure en plen mitan d’aquelo bèuta. Di colo blanco de noste terradou en passant pèr li terro sanguino dóu Coulouradò Prouvençau e li roco bruno de l’Esterèu, e bagnant tout acò, la moulounado di blu de la mar ! Tre lou mes de janvié, lis amelié an pas óublida de se vesti de soun vèu de nòvi e sèmblon au printèms, pièi vèn lou jaune di mimóusa varés e di citroun dis Aup Marino. Dins li colo, poudèn vèire li dragoun* e li roumanin emé si flour bluio, deja li glaujòu mourrejon. Bèn-lèu, sara lou tour di gau-galin d’esgaia lou verd nouvèu di champ e li pèiro di camin. Seguiran li ginèsto e li lavando... Acabarai pèr uno fraso de Mistral : “quouro lou Bon Diéu vèn à douta dóu mounde, se rapello qu’a crea la Prouvènço ».

* globulaires

 

Traduction :

Pour oublier un peu le “Covid 19”

En ces temps moroses, j’ai choisi de vous parler des couleurs provençales, couleurs des terres et des plantes qui, même en hiver, ont toujours été une source d’inspiration pour les peintres et une grande consolation pour nous qui sommes bien chanceux de vivre en plein milieu de cette beauté. Des collines blanches de notre terroir en passant par les terres ocres du Colorado Provençal et les roches brunes de l’Esterel et, baignant tout cela, la multitude de bleus de la mer ! Dès le mois de janvier, les amandiers n’ont pas oublié de revêtir leur voile de mariée et ressemblent au printemps, puis vient le jaune des mimosas varois et des citrons des Alpes Maritimes. Dans les collines, nous pouvons voir les globulaires et les romarins avec leurs fleurs bleues, déjà les iris pointent le bout de leur nez. Bientôt, ce sera au tour des coquelicots d’égayer le vert nouveau des champs ou les pierres des chemins. Suivront les genêts et les lavandes… Je terminerai par une phrase de Mistral : «lorsque le Bon Dieu vient à douter du monde, il se rappelle qu’il a créé la Provence».

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)


Chronique de janvier :

Un còup la Prouvènço devengudo franceso, lei Prouvençau, pichoun à pichoun, leissèron rintra de mot francés dins sa vièio lingo; coumo nautre fèn vuei emé l'anglés. Es triste de va dire, mai lou prouvençau que parlavon nouéstrei rèire-grand èro cafi de mot francés. V'en dóuni quàuqueis eisèmple, em'à coustat lou vertadié mot prouvençau que serié bèn d'emplega e faire coumo nouéstrei cousin dóu Canada que vouelon pas de mot anglés dins soun francés d'eila :
moun pèro (paire), ma mèro (maire), ma sur (souarre), lou souar (sero), lou chivau (cavau), lou chin (can), sueivre (segui),l'espouar (espèr), la vouaturo (veituro), lou cièle (cèu),la maladié (malautié).

La tiero es enca longo e es pas eisa se parlas un prouvençau dóu brès d'óublida lei mot qu'avès auvi quouro erias pichounet, mai pèr quaucun que si mete à la "lingo nouestro", serié bèn que la parlèsse e l'escrivèsse dins touto sa pureta.

Bernard Rémuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :

Une fois la Provence devenue française, les Provençaux, petit à petit, laissèrent entrer des mots français dans leur vieille langue; comme nous le faisons aujourd’hui avec l’anglais. C’est triste à dire, mais le provençal que parlaient nos arrière-grands-parents était rempli de mots français. Je vous en donne quelques exemples, avec à côté le véritable mot provençal qu’il serait bon d’employer et faire comme nos cousins du Canada que ne veulent pas de mots anglais dans leur français de là-bas :
moun pèro (paire) : mon père ; ma mèro (maire) : ma mère ; ma sur (souarre) : ma sœur ; lou souar (sero) : le soir ; lou chivau (cavau) : le cheval ; lou chin (can) : le chien ; sueivre (segui) : suivre ; l'espouar (espèr) : l’espoir ; la vouaturo (veituro) : la voiture ; lou cièle (cèu) : le ciel ; la maladié (malautié) : la maladie.

La liste est encore longue et ce n’est pas facile si vous parlez un provençal du berceau d’oublier les mots que vous avez entendus quand vous étiez petits, mais pour quelqu’un qui se met à la «lingo nouestro», ce serait bien qu’il la parle et l’écrive dans toute sa pureté.

Bernard Rémuzat (Ecole Pennoise de Langue Provençale)

 

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.