Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Expression politique

Édito du maire

En 2023, après six années de stabilité, nous avions opté, lors du vote du budget, pour une hausse du taux communal de la taxe foncière. Une décision prise en responsabilité afin de préserver votre qualité de vie, car il n’était pas question pour nous de réduire l’offre de services publics. Parallèlement, nous nous engagions à ce qu’il n’y ait pas d’autre augmentation jusqu’à la fin du mandat en 2026. Cet engagement, nous avons pu le prendre et le tiendrons grâce à notre bonne gestion financière qui va nous permettre, dans un contexte économique et politique toujours aussi complexe, de maintenir le cap. Avec en plus un endettement par habitant toujours maîtrisé et qui continue même de diminuer, au point d’être quasiment trois fois plus bas que celui de la moyenne nationale.

En 2024, notre objectif principal demeure d'accélérer la transition écologique de notre ville afin de répondre aux enjeux du changement climatique, tout en vous assurant un cadre de vie le plus harmonieux et le plus agréable possible. C’est parce que nous sommes conscients des défis environnementaux et déterminés à agir pour les générations futures qu’à l’échelle de notre commune, nous poursuivrons nos investissements dans les projets durables, comme le montre le budget voté il y a quelques jours. Ainsi, dès cette année, des panneaux photovoltaïques seront installés sur les toitures de votre hôtel de ville et du bâtiment des Services techniques. De même, les travaux de rénovation thermique continueront dans les groupes et restaurants scolaires et comme annoncé, 2024 marquera aussi la fin des travaux d’équipement en LED de l’ensemble du parc d’éclairage public, synonyme d’importantes économies d’énergie.

Quant à votre cadre de vie, il sera préservé, notamment grâce au travail effectué quotidiennement par les équipes municipales des Services techniques que je salue ici, mais également en raison de chantiers importants comme celui de l’église Saint-Blaise, de divers sites sportifs (Stades Gilbert Rocci, Vitria et gymnases Jean Roure, Alain Colas), de la rénovation de la crèche des Bouroumettes ou encore la requalification du chemin des Bœufs pour ne citer que quelques exemples. Le tout, en continuant de proposer des services publics de qualité et des animations à toutes les générations de Pennois.

Et le numéro de votre magazine Le Pennois le démontre une nouvelle fois. De l’ouverture de la Maison du Bel Âge aux 20 ans du marché paysan, de Lou Mirabéou à la fête foraine, des réunions publiques (violences sexuelles, harcèlement scolaire, antisémitisme...) à des pièces de théâtre, chacun d’entre vous trouvera un intérêt à partager un ou plusieurs de ces rendez-vous qui font du slogan des Pennes-Mirabeau - «une ville au pluriel» - une réalité, compte tenu de la diversité et du nombre de propositions destinées à tous les Pennois. Sans oublier bien sûr la multiplicité des paysages sur un même territoire qui rend notre commune si attractive.

Michel Amiel
Maire des Pennes-Mirabeau


100% Pour les Pennes-Mirabeau

Le mois de mars a été marqué par le lancement des travaux très attendus de notre église Saint-Blaise. Ces travaux doivent s'établir sur deux ans et ont pour objectif de remettre ce superbe édifice si constitutif de notre patrimoine dans son état d'origine en lui redonnant sa splendeur d'antan. Sa restauration participant en outre, après celle du moulin de Pallières, au renouveau de notre vieux village. Certes, ce projet a mis longtemps à débuter, trop longtemps aux yeux de certains et nous pouvons l'entendre, mais il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas là d'une simple restauration, d'une part compte tenu de la complexité des travaux, l'église se situant sur un front rocheux et, d'autre part, en raison de la valeur patrimoniale très importante que revêt cet édifice pour notre commune.

À ce titre, et de manière à rendre cette réhabilitation parfaite, la Ville a fait appel aux services d'une architecte du patrimoine ayant auparavant travaillé sur la rénovation du moulin ainsi qu'à des «ouvriers compagnons» reconnus pour leur expertise sur ce type de chantier.

Aussi, l'objectif est de remettre l'église dans son état d'origine, telle qu'elle était au XIXe siècle, non seulement pour ces raisons patrimoniales évidentes mais aussi parce que nous savons désormais qu'il s'agit de la seule solution pour que cet édifice remarquable tienne debout.

L'église Saint Blaise est non seulement une merveille architecturale mais elle constitue aussi un joyau de notre culture et de notre histoire locale à laquelle nous tenons tant. Bientôt, elle reprendra donc la place qui est la sienne dans notre commune et nous pouvons tous nous en féliciter.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Ensemble pour les Pennes-Mirabeau

PROJET GAVOTTE, QUE FAIT-ON AVEC L’ARGENT DES PENNOIS ?

Pour rappel, le projet Gavotte :

En 2016, c'était : 1 idéethèque, 1 école et une crèche pour un montant de 13 millions. En 2024, c'est devenu : 1 idéethèque et 1 école, pour un montant de 23 millions. 8 ans après, on se retrouve avec un pôle petite enfance en moins et une facture qui a presque doublé !

La solution de repli a été de supprimer la halte-garderie du parc Giono pour la transformer en crèche temporaire. Dans la manœuvre, nous perdons 50 berceaux. Sachant que plus de 100 familles pennoises sont en attente d’une place. Et 100 familles, c'était avant 2023 ! Avec l'urbanisation irréfléchie de Monsieur le Maire, et la prévision d'augmenter la population à 26000 habitants, nous sommes certains que le nombre de places manquantes va encore augmenter ! En effet, lors du dernier conseil municipal, il a affirmé ne pas vouloir réaliser la crèche de 80 berceaux initialement prévue.

Concernant l’aspect gestion du projet, nous savons que de nombreuses procédures contentieuses sont en cours contre la Mairie par les sociétés titulaires des marchés. Au dernier conseil municipal, nous avons appris que les pennois vont devoir payer des pénalités auprès de ces entreprises. La note va être pharaonique pour un projet qui a été conçu sans prise en compte des utilisateurs mais surtout pour faire plaisir à un égo de la part de notre maire actuel.

Monsieur Amiel a beau se féliciter d’une fin des travaux, la réalité est tout autre. Nous avons encore un bâtiment inachevé et de nombreux problèmes d’isolation, de température et d’infiltration. Le bâtiment détruit de l’ancienne école primaire laisse un terrain vague sur le site. Nous demandons que le projet pour lequel nous avions voté soit réalisé avec la crèche, des pistes cyclables, de la végétation le long des voies et une circulation cohérente sur le chemin de Val Sec.

Consultez les vidéos du conseil municipal sur https://ensembleplpm.fr

Vos élus : Joëlle REYNAUD FIORILE, Cathia DELAVEAU,
Solange GORLIER LACROIX, Jean-Claude CABRAS,
Michel SCAMARONI et Romain AMARO
ensembleplpm.fr - 06 12 99 98 18


Préserver les Pennes-Mirabeau

Pennois février 2024, Page 1. Les habitants sautent de joie. Ils attendent depuis 2016 la rénovation de l’Église St Blaise, Annonce de sa Renaissance. Désillusion, les travaux ne font que commencer.

M Amiel a décidé de limiter les parutions du Pennois : motifs écolo-financiers. Pourquoi ne pas supprimer TOUTES LES ÉDITIONS PAPIER ? Les économies seraient réellement substantielles. Au lieu de renvoyer vers des réseaux sociaux, il serait mieux de les orienter vers le site OFFICIEL de la ville. Les informations disponibles ne pourraient être entachées de rumeurs, accusations, mensonges circulant sur ces réseaux. ECONOMIE SUR NOTRE BUDJET ET TRANSPARENCE DES INFORMATIONS OFFICIELLES : gagnant/gagnant pour élus et habitants.

Quant à supposer que les seniors sont «incapables» d’utiliser des outils de communication actuels, rappelons qu’Internet grand public existe depuis 30 ans, les smartphones depuis 20 ans. Les enfants et petits-enfants ont eu grand temps pour initier nos plus anciens. Le Pennois en ligne continuerait à diffuser les messages du Maire. Les dernières parutions sont bien légères. Réfection d’un ralentisseur sur 200m de voie à double sens de 4m de large, les véhicules ne pouvant pas se croiser : utilité ? Peinture d’un local électrique par des bénévoles. Changement conduite d’eau : une nécessité ! Rebouchage de tranchées après travaux : le Canal de Provence aurait dû s’en charger. Panneau d’entrée Parc Mellan : financé par des dons. Barrières sur un pont : normal ! Alors que des bâtiments communaux nécessitent un réel rafraichissement, des voies de circulation très fréquentées attendent une totale réfection.

La réalisation de travaux PRIORITAIRES permettrait aux Pennois «d’accepter» la nouvelle hausse des impôts fonciers en 2024 (+ 3,9% part décidée par l’État). Notre Maire et sa majorité (soutien macroniste), et les élus d’opposition soutenant Macron au 2nd tour, dénonceront ces charges fiscales, faisant du COPIER/ COLLER DE NOS PROPRES PROPOSITIONS.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Nous Pennois, écologiques, citoyens, solidaires

Pourquoi ne pas utiliser plus efficacement l'espace public ?

Planter des arbres, c’est bien, planter des fruitiers, c’est mieux, et de nombreuses villes s’y mettent... Les espaces publics, tels que les délaissés de voirie, les parcs et les cheminements, offrent souvent de l'espace inexploité qui pourrait être efficacement utilisé pour planter des arbres donnant des fruits. Cela permettrait une utilisation optimale de ces l'espaces qui offrirait de nombreux avantages. En effet, cela participerait à la régénérescence de la biodiversité, tout en donnant la possibilité aux habitants de venir cueillir des fruits gratuitement.

La destruction et l’artificialisation des espaces naturels, la surexploitation des ressources, le changement climatique, les espèces exotiques envahissantes, tout cela, contribue au déclin de la biodiversité. Les scientifiques considèrent que 80% des espèces d’insectes auront disparu dans 30 ans. Outre le fait, que arbres fruitiers embellissent le cadre de vie, ils fournissent de l'ombre, ce qui aide à réduire les îlots de chaleur. Ils attirent aussi les insectes et les oiseaux acteurs essentiel de la biodiversité. En développant la population d’insectes on crée en conséquence une situation favorable à l’augmentation de la population d’oiseaux. De plus, les personnes limitées financièrement par l’achat de fruits, y trouveront aussi leur compte.

En associant les habitants, la plantation d'arbres fruitiers offre une opportunité précieuse à l’éducation environnementale. C’est une occasion supplémentaire qui ouvre la porte à une prise de conscience sur la durabilité alimentaire et l’importance de la biodiversité pour les résidents locaux. L’objectif final étant, d’aller dans le sens d’une communauté plus saine, plus résiliente et plus engagée.

Rosy INAUDI
pour «Nous Pennois, écologistes, citoyens, solidaires»
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Localisations

Application

Risques majeurs

Météo locale

Les Pennes-Mirabeau détail heure par heure